UNE EXPERTISE INDÉPENDANTE
DANS LE DÉBAT SUR
LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

À LA UNE
GLOBAL-CHANCE

Les Cahiers de Global Chance, n°33, mars 2013

Des questions qui fâchent : contribution au débat national sur la transition énergétique

Le « débat national sur la transition énergétique » promis par le Gouvernement s’est enfin mis en place après bien des péripéties et sur la base d’un dispositif lourd, complexe et difficile à saisir. S’il est évidemment trop tôt pour porter un jugement sur l’évolution du processus ainsi engagé, il n’est par contre pas trop tôt pour apporter notre éclairage sur certaines des questions qui devraient logiquement trouver une place importante dans ce débat. C’est en particulier le cas de sujets majeurs comme la sûreté nucléaire, ou les matières et les déchets nucléaires, dont personne ne peut assurer aujourd’hui qu’ils feront l’objet d’un véritable débat au sein des différentes instances, et encore moins de débats à caractère public...


Page publiée en ligne le 5 mars 2013
Dernière MàJ technique : 23 juillet 2015 à 17h15

Sur cette page :
Éditorial & Sommaire
Conférence de presse du 14 mars
À découvrir également sur le site de Global Chance (dossiers & publications)

Téléchargement : Numéro entier (pdf, 3.2 Mo) ou article par article via le Sommaire

Ce 33ème numéro des Cahiers de Global Chance est également disponible auprès de l’association, en adressant un chèque de 15 euros à Global Chance, 5 avenue de Trivaux, 92190 Meudon, France. Vous pouvez utiliser à cette fin notre bon de commande.

ÉDITORIAL

En cette fin du mois de février 2013, le débat national sur la transition énergétique promis par le Gouvernement s’est enfin mis en place après bien des péripéties.

Le dispositif en est lourd et complexe, difficile à saisir. Une série d’instances, sensées représenter largement la diversité des intérêts, des missions et des opinions, s’imbriquent et se croisent sans qu’apparaisse clairement le lieu d’un véritable débat public, au sens d’une mise à plat des arguments des uns et des autres devant les citoyens de notre pays de telle façon que ceux-ci puissent réellement s’emparer de ce sujet :
• Un Conseil national du débat sur la transition énergétique (CNDTE) comportant 7 collèges de 13 membres chacun, dont la ministre Delphine Batho a longtemps dit qu’elle le considérait comme le parlement du débat.
• Un Comité de pilotage présidé par la ministre, sensé veiller à l’éthique d’ensemble du débat.
• Un groupe d’experts de plus de 50 membres sensé apporter les lumières de la science et une expertise diversifiée au CNDT.
• Un Secrétariat général fort d’une dizaine de personnes chargé de l’organisation de l’ensemble et des liaisons entre les différentes instances et qui a pris en charge seul l’élaboration du dossier d’initialisation du débat.

Sans compter un comité citoyen chargé de veiller sur on ne sait pas bien quoi, un comité de liaison du débat décentralisé, un groupe de contact avec les entreprises de l’énergie, et des débats au niveau des régions et des territoires…

Bref un système complexe dont la mise en marche a posé beaucoup de problèmes, où les nominations dans les divers comités se sont plus jouées sur l’équilibre des rapports de force entre porteurs d’intérêt que sur la capacité des personnalités choisies à animer et mettre en scène un véritable débat public.

D’autant que la présence de la ministre de l’environnement à la présidence du Comité de pilotage du débat, alors qu’elle sera chargée de la rédaction du projet de loi gouvernementale sur la transition énergétique, laisse penser que le gouvernement souhaite garder sous son contrôle le débat et son déroulement. On semble plutôt s’orienter vers une vaste négociation entre partenaires sociaux, administration, ONG, élus nationaux, élus territoriaux, sur le modèle du Grenelle de l’environnement plutôt que vers un débat public. Celui-ci est renvoyé au niveau des régions, sans qu’on sache très bien s’il s’agira de traiter de problèmes de nature locale, nationale, européenne ou globale.

On se pose aussi des questions sur l’exercice de synthèse qu’il faudra faire de ce foisonnement de contributions : qui en sera chargé, qui en contrôlera le bien-fondé, l’équilibre et la complétude ?

Les premiers documents mis sur le Web à la disposition du citoyen « moyen » ne sont guère rassurants. Ils oscillent en effet entre le discours abscons et l’endoctrinement sur des thèses rabâchées chères à l’administration, sans qu’on en retire l’impression d’une volonté de mise à plat des problématiques, ni d’articulation des faits et des données dans un système cohérent incluant l’Europe et plus largement le monde qui nous entoure.

Néanmoins les groupes de travail du Comité national du débat sur la transition énergétique (CNDTE) se mettent au travail sur cinq questions sous les intitulés suivants :
• Quelle trajectoire pour atteindre le mix énergétique en 2025, quels types de scénarii possibles à horizon 2030 et 2050, dans le respect des engagements climatiques de la France ?
• Quelle gouvernance ? Quel rôle notamment pour l’État et les collectivités ?
• Quels choix en matière d’énergies renouvelables et de nouvelles technologies de l’énergie. Quelle stratégie de développement industriel et territorial ?
• Comment aller vers l’efficacité énergétique et la sobriété ?
• Quels coûts et quel financement de la transition énergétique ?

Global Chance n’a pas souhaité faire partie du collège des ONG du CNDTE pour les mêmes raisons que celles qui nous avaient amenés à ne pas participer en tant qu’acteurs au Grenelle de l’environnement. Nous ne pouvons pas nous présenter en effet, comme nombre d’ONG, comme mandatés par un grand nombre d’adhérents pour porter leurs intérêts et leurs propositions, mais plutôt comme un foyer d’expertise indépendante au service de l’ensemble des groupes du CNDTE.

Par contre plusieurs membres de l’association font partie, à titre individuel, du groupe d’expertise du débat.

Il est évidemment bien trop tôt pour porter un jugement sur l’évolution du processus qui s’engage.

Il n’est par contre pas trop tôt pour apporter notre éclairage sur certaines des questions qui devraient logiquement trouver une place importante dans ce débat, même si l’on ne sait pas encore aujourd’hui en situer précisément le lieu. C’est en particulier le cas de sujets majeurs comme la sûreté nucléaire, ou les matières et les déchets nucléaires, dont personne ne peut assurer aujourd’hui qu’ils feront l’objet d’un véritable débat au sein des différentes instances, et encore moins de débats à caractère public.

Le numéro des Cahiers de Global Chance que nous vous présentons commence par une courte présentation de l’état des lieux du système énergétique français qui nous a paru s’imposer, vu le caractère partiel et parfois partial des informations dont les citoyens peuvent disposer sur le site officiel du débat. Cette présentation est suivie d’un point sur l’évolution de la situation énergétique en Allemagne depuis la décision de ce pays de sortir du nucléaire et des enseignements que nous pouvons en tirer pour la transition énergétique dans notre pays.

Les questions techniques et de gouvernance posées par la sûreté nucléaire, en particulier dans le cadre de la fermeture de Fessenheim, et celles associées au combustible MOX font l’objet de la deuxième partie de ce numéro.

Nous abordons dans la troisième partie la question de la pertinence économique et écologique d’une exploration et exploitation des gaz de schiste en France avec une attention particulière aux questions d’émissions de méthane qui y sont liées, dont nous pensons qu’elles mériteraient une meilleure attention de la part de la communauté internationale et du GIEC.

La dernière partie apporte des éléments au débat sur la pointe électrique française à travers une critique du rapport de l’Institut Énergie et Développement de Montreuil (IED) « Expertise sur les conséquences d’une sortie éventuelle du nucléaire » et apporte des éléments de réflexion sur les conditions du renouvellement des concessions hydrauliques.

Mais notre participation au débat ne s’arrête pas là. Dans les quelques mois qui viennent nous organiserons plusieurs colloques d’une demi-journée ou d’une journée sur plusieurs de ces questions en partenariat avec des organismes ou des ONG, françaises ou internationales.

Global Chance

(haut de page)

SOMMAIRE

(encadré = plus d’informations au survol)

Éditorial
Global Chance
[2 pages, fichier pdf, 52 Ko]

D’OÙ PARTONS-NOUS ?

La situation énergétique en France : état des lieux
Global Chance
[10 pages, fichier pdf, 512 Ko]

Le tournant énergétique allemand : état des lieux et idées pour le débat français
Andreas Rüdinger (Global Chance)
[11 pages, fichier pdf, 430 Ko]

NUCLÉAIRE : LA SÛRETÉ ET LE MOX

Les accidents et la sûreté des centrales nucléaires : citations et questionnements
Bernard Laponche (Global Chance)
[38 pages, fichier pdf, 640 Ko]

Les combustibles MOX d’EDF : production et stockages, bilans 2011
André Guillemette, Jean-Claude Zerbib
[20 pages, fichier pdf, 1.3 Mo]

Un Noël de bure
Benjamin Dessus (Global Chance)
[2 pages, fichier pdf, 48 Ko]

GAZ DE SCHISTE, MÉTHANE ET CLIMAT

Que penser de l’affaire des gaz de schiste
Benjamin Dessus (Global Chance)
[11 pages, fichier pdf, 400 Ko]

Le changement climatique c’est sérieux ?
Arthur Riedacker (Global Chance, ancien membre de la MIES)
[6 pages, fichier pdf, 215 Ko]

L’ÉLECTRICITÉ

IED, Pinocchio, le chat, le renard et la pointe
André Marquet (Global Chance)
[2 pages, fichier pdf, 70 Ko]

Un scénario alternatif pour le renouvellement des concessions hydroélectriques :
organiser conjointement la complémentarité des énergies renouvelables entre elles
et la maîtrise des consommations

André Marquet (Global Chance)
[3 pages, fichier pdf, 130 Ko]

(haut de page)

CONFÉRENCE DE PRESSE

À l’occasion de la sortie du 33ème numéro des Cahiers de Global Chance

« Des questions qui fâchent : contribution au débat sur la transition énergétique »

l’association Global Chance a le plaisir de vous inviter à une réunion de presse

le jeudi 14 mars à 10 heures à la Mairie du deuxième arrondissement, 8 rue de la Banque, Paris 75 002 (Métro Bourse)

en présence de Benjamin Dessus, Bernard Laponche, André Marquet, Arthur Riedacker, Andréas Ruedinger et Jean Claude Zerbib.

Il est évidemment trop tôt pour porter un jugement sur l’évolution du processus complexe du « Débat national sur la transition énergétique » qui s’est engagé, après bien des difficultés, depuis quelques semaines. Il n’est par contre pas trop tôt pour apporter notre éclairage sur certaines des questions qui devraient logiquement trouver une place importante dans ce débat, même si l’on ne sait pas encore aujourd’hui en situer précisément le lieu. C’est en particulier le cas de sujets majeurs comme la sûreté nucléaire, ou les matières et les déchets nucléaires, dont personne ne peut assurer aujourd’hui qu’ils feront l’objet d’un véritable débat au sein des différentes instances, et encore moins de débats à caractère public.

Le numéro des cahiers que nous vous présentons commence par une courte présentation de l’état des lieux du système énergétique français qui nous a paru s’imposer, vu le caractère partiel et parfois partial des informations dont les citoyens peuvent disposer sur le site officiel du débat. Cette présentation est suivie d’un point sur l’évolution de la situation énergétique en Allemagne depuis la décision de ce pays de sortir du nucléaire et des enseignements que nous pouvons en tirer pour la transition énergétique dans notre pays.

Les questions techniques et de gouvernance posées par la sûreté nucléaire, en particulier dans le cadre de la fermeture de Fessenheim, et celles associées au combustible MOX font l’objet de la deuxième partie de ce numéro.

Nous abordons dans la troisième partie la question de la pertinence économique et écologique d’une exploration et exploitation des gaz de schiste en France avec une attention particulière aux questions d’émissions de méthane qui y sont liées, dont nous pensons qu’elles mériteraient une meilleure attention de la part de la communauté internationale et du GIEC.

La dernière partie apporte des éléments au débat sur la pointe électrique française à travers une critique du rapport de l’Institut Energie et développement de Montreuil (IED) « Expertise sur les conséquences d’une sortie éventuelle du nucléaire » et apporte des éléments de réflexion sur les conditions du renouvellement des concessions hydrauliques.

Nous espérons vivement que vous voudrez bien honorer de votre présence cette réunion.

Benjamin Dessus
Président de l’association

Contacts et invitation : ici (fichier pdf, 400 Ko)

(haut de page)

À DÉCOUVRIR ÉGALEMENT SUR LE SITE DE GLOBAL CHANCE

Pour aller plus loin :
Les Dossiers de Global-Chance.org
Les Cahiers et Mémentos de Global Chance

(encadré = plus d’informations au survol)

Les Dossiers de Global-Chance.org

Climat : n’oublions pas le méthane !
Rapports, analyses, tribunes, interviews, etc. :
Les travaux de Global Chance et de ses membres sur le mésusage du concept de « PRG »

Fukushima : réactions en chaîne
Tribunes, analyses, interviews, etc. :
Les réactions des membres de Global Chance face à la catastrophe nucléaire de Fukushima

Nucléaire : par ici la sortie !
Rapports, analyses, tribunes, interviews, etc. :
Les propositions de Global Chance et de ses membres pour, enfin, sortir du nucléaire

Accidents nucléaires : de l’improbable à l’imprévisible
Rapports, analyses, tribunes, interviews, etc. :
Les contributions de Global Chance et de ses membres au débat sur la sûreté nucléaire

Déchets nucléaires : qu’en faire ?
Rapports, analyses, tribunes, interviews, etc. :
Les analyses de Global Chance et de ses membres sur la question des déchets nucléaires

Gaz de schiste : miracle ou mirage ?
Rapports, analyses, tribunes, interviews, etc. :
Les contributions de Global Chance et de ses membres au débat sur les gaz de schiste

Nucléaire : une indépendance énergétique en trompe-l’œil
Rapports, analyses, tribunes, interviews, etc. :
Global Chance et ses membres dénoncent le mythe d’une « énergie 100% nationale »

Nucléaire : quand la facture explose...
Rapports, analyses, tribunes, interviews, etc :
Le débat sur les coûts réels du nucléaire vu par Global Chance et ses membres

Bure : ceci n’est pas un débat public
Contributions, analyses, vidéos....
Global Chance et ses membres dans le « débat public » sur le projet Cigéo

(haut de page) (sommaire « Pour aller plus plus loin »)

Publications de Global Chance

L’énergie et les présidentielles : décrypter rapports et scénarios
Les Cahiers de Global Chance, n°31, mars 2012, 100 pages

L’énergie en France et en Allemagne : une comparaison instructive
Les Cahiers de Global Chance, n°30, septembre 2011, 96 pages

Du gâchis à l’intelligence. Le bon usage de l’électricité
Les Cahiers de Global Chance, n°27, janvier 2010, 148 pages

De Grenelle à Bali : avancées, incertitudes, contradictions et perspectives
Les Cahiers de Global Chance, n°24, mars 2008, 80 pages

Débattre publiquement du nucléaire ? Un premier bilan des deux débats EPR et déchets organisés par la Commission nationale du débat public
Les Cahiers de Global Chance, n°22, novembre 2006, 76 pages

Débat énergie : une autre politique est possible
Les Cahiers de Global Chance, n°17, septembre 2003, 100 pages

(haut de page) (sommaire « Pour aller plus loin »)

LES ESSENTIELS
réalisé par PixelsMill >