UNE EXPERTISE INDÉPENDANTE
DANS LE DÉBAT SUR
LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

À LA UNE
GLOBAL-CHANCE

Les Cahiers de Global Chance, n°6, février 1996

Science & Société. Numéro spécial en hommage à Martine Barrère

Ce qui frappe immédiatement quand on se remémore la vie de Martine Barrère, c’est sa préoccupation constante d’inscrire la science dans la société. Rapprocher les chercheurs des citoyens, rendre accessibles les enjeux sous-jacents aux controverses scientifiques, susciter et mettre à la disposition du débat démocratique une expertise indépendante, multiple et intelligible, bref, réconcilier la culture, l’action politique, la démocratie et la science ont, en permanence, guidé sa démarche professionnelle. Il nous a donc paru important de rassembler dans ce numéro de la revue Les Cahiers de Global Chance, dont elle a été l’une des animatrices principales, une sélection de textes et témoignages, rassemblés sous quatre rubriques : « Chercheurs et citoyens », « Science, patrimoine commun », « Risques et débat démocratique » et « Profession journaliste ». Ces textes et témoignages sont en effet à nos yeux autant d’hommages qui permettent de mieux cerner à la fois la diversité de l’action et l’unité des préoccupations de Martine Barrère, mais aussi de mesurer à quel point elle a su développer des synergies de pensée entre des personnalités très diverses de la communauté scientifique ou journalistique, du monde des décideurs industriels ou politiques, et des associations.


Sur cette page : Éditorial - Sommaire

Téléchargements : Numéro entier (pdf, 952 Ko) ou article par article via le Sommaire

ÉDITORIAL

Ce qui frappe immédiatement quand on se remémore la vie de Martine Barrère, c’est sa préoccupation constante d’inscrire la science dans la société. Rapprocher les chercheurs des citoyens, rendre accessibles les enjeux sous jacents aux controverses scientifiques, susciter et mettre à la disposition du débat démocratique une expertise indépendante, multiple et intelligible, bref, réconcilier la culture, l’action politique, la démocratie et la science ont, en permanence, guidé sa démarche professionnelle.

Avec sa double culture de scientifique et de journaliste, avec sa rigueur, sa passion et son indépendance d’esprit, Martine a marqué notre époque. En refusant les modes, en bataillant pour faire partager le savoir, en s’impliquant pleinement dans les grands débats sur l’évolution et l’avenir de la recherche, elle a inventé une nouvelle façon d’exercer son métier. Son champ d’action débordait le strict cadre de la vulgarisation scientifique, pour s’étendre aux grands enjeux de société, qu’il s’agisse du développement des pays du Sud, de l’éthique et de la politique de la recherche, de la construction d’une Europe de la science et de la technique, des risques technologiques, ou de l’environnement et du développement durable. Par son sens critique, ses interrogations permanentes, Martine nous faisait remettre en cause, bouger, en un mot : agir.


Il nous a donc paru important de rassembler dans ce numéro des Cahiers de Global Chance, dont elle a été l’une des animatrices principales, quelques textes et témoignages permettant de mieux cerner à la fois la diversité de son action et l’unité de ses préoccupations. Ils montrent que, par son influence, elle a su développer des synergies de pensée entre des personnalités très diverses de la communauté scientifique ou journalistique, du monde des décideurs industriels ou politiques, et des associations. Textes et témoignages – chacun avec une approche et un style propres à leur auteur - sont rassemblés sous quatre rubriques : « Chercheurs et citoyens », « Science, patrimoine commun », « Risques et débat démocratique », « Profession journaliste ».

Notre objectif : tenter de mettre en lumière les connivences et les complicités intellectuelles suscitées par sa pratique du journalisme, mais aussi par son engagement militant autour des questions de science, démocratie et société. Martine avait réussi à être à la fois journaliste et militante, sans compromissions et avec une égale compétence et un grand rayonnement dans ces deux domaines. Ce dossier comporte également un article inédit de Martine sur la communication de la science et la nécessité de concevoir de nouveaux rapports entre scientifiques et citoyens.


Mais il ne s’agit là que d’une première étape. Les quatre associations dans lesquelles elle n’a cessé de s’impliquer jusqu’à ces derniers mois, malgré la maladie – AITEC (1), 4D (2), Forum Plutonium et Global Chance - ont décidé de se grouper pour organiser, en partenariat avec le journal Le Monde Diplomatique, un colloque sur le thème « Science, pouvoir et démocratie » les 4 et 5 octobre 1996, en hommage à son action.

Vous trouverez dans ce numéro, en pages centrales, le texte de motivation d’un tel colloque et un premier appel à contributions. Nous vous demandons de réagir rapidement à cet appel, avant le 30 mars 1996. C’est, en effet, à partir de ces premières contributions que nous comptons structurer le travail de préparation de ce colloque. Nous en attendons non seulement des débats de fond, mais aussi et surtout des propositions institutionnelles et fonctionnelles de nature à faire évoluer les pratiques et les relations actuelles entre la science et la société. Si ce colloque permet, comme nous l’espérons, de nouvelles avancées sur les chemins que Martine a contribué à défricher avec la passion et la compétence que chacun lui reconnaît, voilà sans doute le plus bel hommage que nous pourrions lui rendre.

Catherine Allais et Benjamin Dessus


(1) Association Internationale des Techniciens, Experts et Chercheurs.
(2) Dossiers et Débats pour le Développement Durable.

(haut de page)

SOMMAIRE

Éditorial (pdf, 136 Ko)
Catherine Allais et Benjamin Dessus

La passion d’une journaliste scientifique (pdf, 140 Ko)
Jean-François Augereau

Chercheurs et citoyens

Quelle raison partager ? (pdf, 396 Ko)
Martine Barrère

« Une femme de devoir et de caractère » (pdf, 136 Ko)
Hubert Curien

Science et conscience (pdf, 100 Ko)
Thierry Montmerle

Spécialistes, politiques, citoyens : un débat insuffisant (pdf, 164 Ko)
Yves Farges

Science, patrimoine commun

L’après Rio (pdf, 172 Ko)
Serge Antoine

Pour une science au service de l’humanité (pdf, 160 Ko)
Léopold Messan Gnininvi

Une européenne convaincue (pdf, 100 Ko)
Michel André

Anticiper les enjeux de la recherche (pdf, 244 Ko)
Pierre Papon

Risques et débat démocratique

Nucléaire : organiser l’expertise, organiser le débat (pdf, 172 Ko)
Bernard Laponche

Les choix très solitaires de l’industrie nucléaire (pdf, 316 Ko)
Jean-Pierre Morichaud

Comment prévoir les tremblements de terre ? (pdf, 308 Ko)
Martine Barrère et Seiya Uyeda

Profession journaliste

L’affaire de la Soufrière (pdf, 180 Ko)
Jean-Christophe Sabroux

Partager le savoir (pdf, 284 Ko)
Denise Devèze Berthet

Bataille pour une salle d’actualité (pdf, 96 Ko)
Pierre Virolleaud

« Science et politique » : une rubrique à son image (pdf, 136 Ko)
Dominique Chouchan


Bibiographie(s) de Martine Barrère (pdf, 296 Ko)

Science, pouvoir et démocratie (appel à contributions pour un colloque en hommage à Martine Barrère) (pdf, 140 Ko)



Ont participé à l’élaboration de ce numéro et à la préparation du texte de lancement du colloque : Catherine Allais, Jean-Yves Barrère, Benjamin Dessus, Ghislaine Garin, Bernard Laponche, Gustave Massiah, Michel Moussel, François Pharabod, Philippe Roqueplo.

(retour à l’éditorial)


(haut de page)

LES ESSENTIELS
réalisé par PixelsMill >