UNE EXPERTISE INDÉPENDANTE
DANS LE DÉBAT SUR
LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

À LA UNE
GLOBAL-CHANCE

Propositions pour la transition énergétique dans le Haut-Rhin et le Territoire de Belfort après fermeture définitive de la centrale nucléaire de Fessenheim

Actée par la Loi de Transition Énergétique Pour la Croissance Verte du 17 août 2015 puis par le décret n° 2017-508 du 08 avril 2017, la fermeture définitive de la centrale nucléaire de Fessenheim doit être le prélude à la reconversion effective non seulement du site mais également du territoire, avec à la clé des enjeux déterminants, que ce soit sur la plan national ou à l’échelle locale.
Cette fermeture représente tout d’abord un enjeu national historique pour l’industrie nucléaire : il s’agit en effet de réussir le premier démantèlement complet de réacteurs nucléaires PWR (REP) de 900 MWe en saisissant l’opportunité de cette première industrielle pour faire de ce démantèlement une expérience scientifique de niveau international autant qu’une opération industrielle exemplaire.
Mais il y a aussi un enjeu local majeur : réussir socialement et économiquement la première reconversion complète d’un site de production électrique nucléaire en France et des emplois impliqués, et mettre en œuvre à l’échelle locale un plan cohérent de transition énergétique vers un système énergétique soutenable à long terme, basé sur les énergies renouvelables, l’efficacité et la sobriété énergétique, l’intelligence et la formation scientifique et technique, l’éducation et la démocratie...


Sur cette page :
Thierry de Larochelambert : Propositions pour la transition énergétique dans le Haut-Rhin et le Territoire de Belfort après fermeture définitive de la centrale nucléaire de Fessenheim
Pour aller plus loin : Changer de paradigme | Les Dossiers de Global-Chance.org

PROPOSITIONS POUR LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE DANS LE HAUT-RHIN ET LE TERRITOIRE DE BELFORT APRÈS FERMETURE DÉFINITIVE DE LA CENTRALE NUCLÉAIRE DE FESSENHEIM

Thierry de Larochelambert, Rapport FEMTO-ST, 40 pages, 11 mars 2019

Ci-dessous : Téléchargement | Sommaire | Introduction | Conclusions

TÉLÉCHARGEMENT

Propositions pour la transition énergétique dans le Haut-Rhin et le Territoire de Belfort après fermeture définitive de la centrale nucléaire de Fessenheim [40 pages, fichier pdf, 750 Ko]

(haut de page)

SOMMAIRE

Introduction

1. Le démantèlement des réacteurs nucléaires de Fessenheim
1.1. Agenda et contraintes
1.2. Une déconstruction du réacteur n°1 pour la recherche sur le vieillissement des matériaux nucléaires
1.3. Un démantèlement commercial exemplaire du réacteur n°2

2. De nouvelles structures énergétiques locales pour l’avenir
2.1. Une sobriété énergétique structurelle prioritaire
2.2. Vers un système énergétique renouvelable intelligent et décentralisé (RERI)
2.2.1. Un Centre d’Études et de Recherche sur les SERI
2.2.2. Le Système Énergétique Renouvelable Intelligent
2.2.3. Un pôle de formation professionnelle pour la transition énergétique
2.3. Mise en place du SERI
2.4. Mise en place des réseaux de transport écologiques
2.5. Transition énergétique et écologique de l’agriculture locale

3. Planification et financement de la transition énergétique
3.1. Un pilotage démocratique et transparent de la transition
3.2. S’insérer dans le contexte énergétique de départements transfrontaliers
3.3. Des chantiers prioritaires
3.4. Visibilité-diversité des financements

4. Conclusions

Annexes
Annexe A. Programme de recherche sur le vieillissement des aciers sous irradiation
Annexe B. Structure du Système Energétique Renouvelable Intelligent proposé
Annexe C. Plans d’investissement et d’action sectoriels
C.1. Plan Énergies Renouvelables
C.2. Plan Cogénération et réseaux de chaleur-froid
C.3. Plan Rénovation thermique
C.4. Plan Sobriété-efficacité transports
C.5. Plan Hydrogène – stockage électrochimique

Références

(haut de page)

INTRODUCTION

Les futures PPE (politiques pluriannuelles de l’énergie) actuellement en gestation aux échelles nationale et locales, qui vont engager la France pour les périodes 2019-2023 et 2023-2028, ont intégré la décision actée par la Loi de Transition Énergétique Pour la Croissance Verte du 17 août 2015 et du décret n° 2017-508 du 08 avril 2017, de la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim, prélude à la reconversion effective du site et du territoire.

L’arrêt définitif des deux réacteurs nucléaires les plus âgés encore en activité 40 ans après leur mise en service en 1977 et 1978, et la fermeture de la centrale nucléaire sont le prélude à la transition énergétique de la France. Ils constituent à ce titre pour notre pays un événement exceptionnel et le début d’un changement structurel énergétique majeur et d’un tournant sociétal et économique fondateur.

Ils sont un enjeu national pour l’industrie nucléaire : réussir le premier démantèlement complet de réacteurs nucléaires PWR (REP) de 900 MWe en respectant l’environnement, en préservant l’intégrité de la plus grande nappe phréatique d’Europe et en assurant la sécurité des populations. Il faut saisir l’opportunité de cette première industrielle pour faire de ce démantèlement une expérience scientifique de niveau international autant qu’une opération industrielle exemplaire.

Ils sont aussi un enjeu local majeur : il s’agit de réussir socialement et économiquement la première reconversion complète d’un site de production électrique nucléaire en France et des emplois impliqués, et de mettre en œuvre un plan cohérent de transition énergétique à l’échelle locale vers un système énergétique soutenable à long terme, basé sur les énergies renouvelables, l’efficacité et la sobriété énergétique, l’intelligence et la formation scientifique et technique, l’éducation et la démocratie.

La fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim est une chance pour la région : elle doit jeter les bases d’une nouvelle structure de production-conversion-consommation-stockage efficace et soutenable, un Smart Energy System français pour le long terme (1), fortement créateur des emplois du futur, réellement décarboné, rationnel, flexible, écologique, décentralisé, sécurisé et équilibré à l’échelle tant locale que nationale et internationale.

La présente contribution est le résultat de plusieurs années de recherches théoriques et d’expérimentations locales, menées la plupart du temps en symbiose entre les laboratoires de recherche, les collectivités locales, les organismes institutionnels, les associations et les citoyens.

Dans une démarche qui se veut cohérente, ce travail présente un ensemble de propositions générales (structures) et particulières (dispositifs et installations) regroupées autour d’axes de développement et de recherche énergétiques coordonnés et déclinés sous forme de plans pour assurer simultanément :
• la reconversion du site de la centrale nucléaire de Fessenheim et des emplois directs et indirects liés à la fermeture de cette centrale ;
• la mise en place des futures structures énergétiques et de nouveaux axes de recherche ;
• la conception et la mise en œuvre d’installations énergétiques pilotes et industrielles de production, de conversion et de distribution énergétique soutenables, fortement productrices d’emplois nouveaux ;
• la création de structures de formation professionnelle en lien étroit avec les précédentes ;
• l’aide aux projets cohérents de transition énergétique et écologique locale soutenable, particulièrement dans l’agriculture, les transports et l’habitat ;
• l’instauration d’un pilotage démocratique, économique, social et scientifique exemplaire de l’ensemble du projet de reconversion.

Il faut de plus élargir la réflexion, les initiatives et les investissements post-Fessenheim à tout le Haut-Rhin pour le moins et au Territoire de Belfort (et sans doute une partie sud du Bas-Rhin et des Vosges), car il ne serait pas cohérent ni efficace de restreindre la planification de la transition énergétique et écologique au seul canton de Fessenheim. En outre, une aide financière privilégiée sur ce seul territoire restreint qui a déjà bénéficié pendant 40 ans de privilèges financiers importants sans les utiliser à préparer l’après-nucléaire serait moralement très discutable.

La tâche qui se présente est difficile, mais le défi peut être relevé si les propositions de développement s’inscrivent dans une perspective énergétique rationnelle de long terme, réfléchie, efficace et planifiée démocratiquement. C’est à cette réflexion que ce rapport propose de contribuer en traçant quelques pistes et en élaborant quelques propositions pour la mise en place d’activités liées à la future structure énergétique décentralisée et efficace indispensable pour réussir la transition énergétique du territoire, de la région et de notre pays dans le contexte très stimulant des coopérations transfrontalières.

Note

(1) Contribution au Débat Public PPE. Vers un système énergétique efficace pour la France, T. de Larochelambert, juin 2018, https://ppe.debatpublic.fr/systeme-energetique-efficace-france

(haut de page)

CONCLUSIONS

L’ambition du projet de conversion des territoires à la transition énergétique et écologique après l’arrêt définitif et la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim doit être à la hauteur des enjeux régionaux :
• réussir la planification de la fermeture complète de la première centrale nucléaire de taille industrielle en France de manière exemplaire et démocratique ;
• réussir le premier démantèlement industriel complet et standardisé d’un réacteur à eau pressurisé de 900 MWe en France pour en dégager tous les enseignements économiques et techniques nécessaires aux futurs démantèlements des autres réacteurs qui devront s’enchaîner régulièrement pour éviter l’effet de falaise tant redouté de la fin du tout nucléaire français ;
• engager le premier démantèlement scientifique international du plus vieux réacteur nucléaire industriel de 900 MWe à eau pressurisée en vue d’une expertise transparente et complète sur le vieillissement des matériaux sous irradiation neutronique ;
• convertir tous les emplois directs et indirects liés à la centrale nucléaire de Fessenheim vers les nouvelles compétences durables dans la transition écologique et énergétique renouvelable, en créant rapidement et massivement des emplois durables et non-délocalisables beaucoup plus nombreux que ceux qui auront été réellement supprimés ;
• amorcer dès maintenant de manière planifiée et démocratique la transformation profonde de la structure énergétique de la région vers le système énergétique intelligent 100% renouvelable futur, déjà en cours d’installation dans les pays européens les plus avancés, basé sur la sobriété, l’efficacité, les énergies renouvelables et la soutenabilité écologique la plus profonde, dans une région marquée historiquement par un profond attachement à la nature, à l’écologie, à la démocratie et à l’Europe.

La mise en place des structures administratives et politiques de pilotage de la planification énergétique locale (étendue aux régions limitrophes impliquées par la fermeture de la CNPE) pour définir démocratiquement la politique de transition à mettre en œuvre en cohérence sur le moyen et le long terme est le préalable nécessaire pour investir efficacement, écologiquement et socialement, dans l’économie de la transition.

Il s’agit de mobiliser l’ensemble de notre société démocratique dans toutes ses composantes sociales, professionnelles et politiques, de coordonner les initiatives locales pour orienter massivement les investissements industriels, agricoles, résidentiels, tertiaires et domestiques vers les nouvelles structures énergétiques de production renouvelable, de distribution (réseaux intelligents couplés d’électricité, de chaleur, de froid, de gaz) et de stockage décentralisées qui sont les seules à même de garantir à long terme la soutenabilité de nos sociétés modernes et de maintenir sous contrôle réversible le changement climatique, en éliminant le recours aux énergies fossiles et fissiles, les gaspillages de matière et d’énergie, tout en préservant les équilibres biologiques des écosystèmes, dans le respect des valeurs humanistes et progressistes fondamentales de notre société.

La transparence et l’information scientifique les plus complètes, la participation citoyenne active et le contrôle démocratique des projets seront les conditions-mêmes de la réussite et de l’exemplarité de la transition énergétique et écologique des territoires locaux de l’après-Fessenheim : c’est à ce grand projet moderne de société soutenable que ces propositions souhaitent contribuer efficacement de manière détaillée dans une vision holistique de long terme.

Le 11 mars 2019

Pr Thierry de LAROCHELAMBERT

(haut de page)

pour aller plus loin...
CHANGER DE PARADIGME | LES DOSSIERS DE GLOBAL-CHANCE.ORG

Changer de paradigme...


Énergie, Environnement, Développement, Démocratie : changer de paradigme pour résoudre la quadrature du cercle (Manifeste publié en ligne le 1er mai 2014)

Les Dossiers de Global-Chance.org

(haut de page)

LES ESSENTIELS
réalisé par PixelsMill >