UNE EXPERTISE INDÉPENDANTE
DANS LE DÉBAT SUR
LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

À LA UNE
GLOBAL-CHANCE

Uranium et plutonium : les grands oubliés du débat sur la transition énergétique

Dans le débat engagé sur la transition énergétique et malgré l’engagement de François Hollande de remettre en cause la suprématie absolue du nucléaire dans le « bouquet » électrique français, « deux mots restent pour l’instant totalement tabous : l’uranium et le plutonium ». Or ne pas aborder ces questions d’urgence « revient à préempter gravement l’avenir »...


Page publiée en ligne le 15 mars 2013

Sur cette page :
• Uranium et plutonium : les grands oubliés du débat sur la transition énergétique (Benjamin Dessus)
À voir également sur le site de Global Chance (dossiers et documents)

URANIUM ET PLUTONIUM : LES GRANDS OUBLIÉS DU DÉBAT
SUR LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

Benjamin Dessus, Le Club de Mediapart, mardi 12 mars 2013

Dans le débat qui s’est tant bien que mal engagé sur la transition énergétique, et malgré l’engagement de François Hollande de remettre en cause la suprématie absolue du nucléaire dans le « bouquet » électrique français, deux mots restent pour l’instant totalement tabous : l’uranium et le plutonium.

Dans les 94 pages de sa présentation du bilan énergétique de la France en 2011, le Service observation et statistiques du ministère de l’Écologie évite soigneusement ces mots qui fâchent. L’uranium totalement importé qui alimente nos centrales disparaît au profit d’un terme abscons et totalement faux d’« électricité primaire », qui regroupe en fait les énergies renouvelables électriques et la chaleur (et non pas l’électricité) produite par la fission de l’uranium dans les chaudières des réacteurs nucléaires. Et la page consacrée à la facture énergétique de la France évoque naturellement les factures pétrolières et gazières, mais ignore totalement la facture de l’uranium importé. Même chose pour le plutonium obtenu par retraitement des combustibles uranium usés qui est sensé être réutilisé dans nos centrales nucléaires sous forme de mélange avec de l’uranium, le MOX, dont le sigle ne figure même pas dans le répertoire des abréviations de ce document.

Et pourtant, la question du plutonium est au cœur des programmes nucléaires civils des pays concernés, d’autant que les stocks de plutonium inemployé en provenance du secteur civil dépassent désormais ceux de plutonium militaire… Les stocks de plutonium existants ou à venir (civil et militaire) dépendront très largement des programmes de ces différents pays.

Qu’adviendra-t-il par exemple du stock de plutonium de La Hague si, comme l’a promis François Hollande, la part du nucléaire tombe en 2025 de 75% à 50% ? Jusqu’à quand peut-on alors continuer le retraitement sans accumuler du plutonium, alors que c’est une matière particulièrement dangereuse et les réacteurs autorisés à utiliser le MOX seront peut-être tous fermés d’ici 2025 ? Que va-t-on faire du MOX irradié (qui n’est pas aujourd’hui retraité) et dont on sait qu’il n’est pas stockable à grande profondeur avant un refroidissement d’une centaine d’années de plus que pour les combustibles à uranium. Existe-t-il d’autres solutions que le stockage en piscine ? Que faire du plutonium non transformé en MOX pour en diminuer la dangerosité (prolifération et environnement) ? Comment font nos collègues étrangers qui sont confrontés à ce même type de problèmes ?

Il est urgent d’aborder ces questions. Ne pas le faire revient à préempter gravement l’avenir et à remettre pratiquement en cause la possibilité de faire varier la trajectoire nucléaire française.

C’est pourquoi, devant le mutisme total de l’administration et des industriels sur ces sujets majeurs, Global Chance a décidé d’organiser, le 19 mars, avec l’International Panel on Fissile Materials (IPFM) un séminaire qui a pour but de dresser un panorama général de la situation mondiale, de confronter les stratégies de différents grands pays et d’en tirer des enseignements pour la France.

L’IPFM, créé en 2006, est un groupe indépendant d’experts en matière de contrôle d’armement et de non-prolifération. Le panel est basé à l’Université de Princeton, aux Etats-Unis. Les coprésidents sont le professeur Frank von Hippel et le professeur émérite R. Rajaraman de l’Université Jawaharlal Nehru, New Delhi. Les membres du panel représentent 17 pays. Sa mission est d’analyser les bases des initiatives politiques destinées à sécuriser, consolider et réduire des stocks d’uranium hautement enrichi et de plutonium. Ces matières fissiles sont en effet les ingrédients principaux des armes nucléaires et leur contrôle est indispensable pour prévenir la prolifération des armes nucléaires et leur acquisition par des organisations terroristes.

Voici le programme de ce séminaire qui devrait nous permettre de mieux comprendre les enjeux et les risques qui s’attachent à l’industrie du plutonium et du Mox et les pistes de solutions envisagées au niveau international pour en minimiser les divers dangers :

Plutonium – ressource énergétique ou fardeau mondial ?

Programme du séminaire du 19 mars
à la Fondation pour le progrès de l’homme,
38 rue Saint-Sabin, 75011 Paris

9h00-9h15, Introduction : Benjamin Dessus, président de Global Chance.
9h15-9h45, Panorama international - nature et origine de l’impasse plutonium et quelques options de sortie : professeur Frank von Hippel, président de l’International Panel on Fissile Materials (IPFM).
9h45-10h15, L’échec de l’industrie du plutonium au Royaume-Uni : professeur Gordon MacKerron, directeur du SPRU, University of Sussex
10h15-10h45, Le combustible MOX et ses risques : Jean-Claude Zerbib, ingénieur radioprotection, ancien du CEA, et André Guillemette, ingénieur, ancien de la DCN, Cherbourg
11h00-11h30, L’approche allemande - abandon du retraitement et stockage à sec : Klaus Janber, ancien PDG de la GNS
11h30-12h00, Les défis non relevés de la stratégie française du plutonium : Mycle Schneider, consultant international
12h00-13h00, Débat

La modération des présentations et des échanges sera assurée par Bernard Laponche, polytechnicien, docteur ès sciences, membre de Global Chance.

Les participants disposeront d’une traduction simultanée anglais-français.

Inscription gratuite auprès de globalchance[at]wanadoo.fr

Benjamin Dessus
Président de Global Chance

(haut de page)

À VOIR ÉGALEMENT SUR LE SITE DE GLOBAL CHANCE

Dossiers thématiques
Publications de Global Chance

Les Dossiers de Global-Chance.org

(encadré = plus d’informations au survol)

Climat : n’oublions pas le méthane !
Rapports, analyses, tribunes, interviews, etc. :
Les travaux de Global Chance et de ses membres sur le mésusage du concept de « PRG »

Fukushima : réactions en chaîne
Tribunes, analyses, interviews, etc. : les réactions des membres de Global Chance face à la catastrophe nucléaire de Fukushima

Nucléaire : par ici la sortie !
Rapports, analyses, tribunes, interviews, etc. : les propositions de Global Chance et de ses membres pour, enfin, sortir du nucléaire
Dossier clos le 31 décembre 2012

Accidents nucléaires : de l’improbable à l’imprévisible
Rapports, analyses, tribunes, interviews, etc. : les contributions de Global Chance et de ses membres au débat sur la sûreté nucléaire

Déchets nucléaires : qu’en faire ?
Rapports, analyses, tribunes, interviews, etc. : les analyses de Global Chance et de ses membres sur la question des déchets nucléaires

Gaz de schiste : miracle ou mirage ?
Rapports, analyses, tribunes, interviews, etc. :
Les contributions de Global Chance et de ses membres au débat sur les gaz de schiste

Nucléaire : une indépendance énergétique en trompe-l’œil
Rapports, analyses, tribunes, interviews, etc. : Global Chance et ses membres dénoncent le mythe d’une « énergie 100% nationale »

Nucléaire : quand la facture explose...
Rapports, analyses, tribunes, interviews, etc : le débat sur les coûts réels du nucléaire vu par Global Chance et ses membres

Bure : ceci n’est pas un débat public
Contributions, analyses, vidéos....
Global Chance et ses membres dans le « débat public » sur le projet Cigéo

Publications de Global Chance

(encadré = plus d’informations au survol)

Le casse-tête des matières et déchets nucléaires
Les Cahiers de Global Chance, n°34, novembre 2013, 76 pages

Nucléaire : le déclin de l’empire français
Les Cahiers de Global Chance, n°29, avril 2011, 112 pages

Nucléaire : la grande illusion - Promesses, déboires et menaces
Les Cahiers de Global Chance, n°25, septembre 2008, 84 pages

Petit mémento des déchets nucléaires
Éléments pour un débat sur les déchets nucléaires en France
Les Cahiers de Global Chance, hors-série n°2, septembre 2005, 48 pages

Le réacteur nucléaire EPR : un projet inutile et dangereux
Les Cahiers de Global Chance, n°18, janvier 2004, 56 pages

(haut de page)

LES ESSENTIELS
réalisé par PixelsMill >