UNE EXPERTISE INDÉPENDANTE
DANS LE DÉBAT SUR
LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

À LA UNE
GLOBAL-CHANCE

Un Noël de bure

Par Benjamin Dessus, président de Global Chance

Le projet internet de Global Chance ne se limite pas à la mise en ligne des publications officielles de l’association : notre objectif, dès la conception du site en 2007, était de mettre en place une démarche éditoriale plus large, afin de faire toute leur place à d’autres sources - et en premier lieu aux publications de membres de Global Chance - dès lors qu’elles s’inscrivent dans la philosophie qui est la nôtre.

Faire toute leur place à d’autres sources, mais aussi à d’autres formes : c’est pourquoi nous sommes fiers de rendre aujourd’hui plus visible en ligne « Un Noël de bure », conte de Noël publié dans Les Cahiers de Global Chance en mars 2013 et dont l’auteur n’est autre que Benjamin Dessus, qui préside notre association depuis sa création en 1992.

La rédaction de global-chance.org


Sur cette page :
Un Noël de bure (Benjamin Dessus, conte de Noël)
À découvrir également sur le site de Global Chance (dossiers et publications)
À voir et à méditer (Into Eternity / Quand l’Église se mêle de Bure)

Télécharger Un Noël de bure (pdf, 48 Ko) tel que publié dans Les Cahiers de Global Chance

UN NOËL DE BURE

Le père Anselme était épuisé. Depuis des nuits, il retournait dans sa tête les éléments d’un dilemme qui le minait insidieusement depuis quelques années déjà, mais dont il n’avait pris conscience que tout récemment : la communauté dont il était le prieur régulièrement réélu depuis 20 ans, malgré l’arrivée récente de quelques nouvelles vocations, végétait dangereusement dans la nostalgie d’un passé révolu.
Un passé où le corset temporel d’une vie monacale réglée apportait à ses frères, à défaut d’un renouveau mystique, une sérénité quotidienne appréciable, l’estime un peu goguenarde de la hiérarchie ecclésiastique et le respect curieux de la masse des croyants.
Le mystère de la messe en latin, le chant grégorien et la culture des herbes ne suffisaient plus aux jeunes générations : le siècle, son rythme infernal, le monde, les faits divers planétaires et le smartphone s’introduisaient insidieusement dans le silence du cloître.
Les quelques seniors qui venaient les rejoindre, après avoir fait le tour des honneurs d’une vie professionnelle harassante, et choisi la retraite monacale plutôt que les compromis d’une campagne électorale à l’académie des sciences morales et politiques, n’en exigeaient pas moins la reconnaissance du monde, c’est-à-dire de leurs pairs encore « aux affaires ».

Seul un projet mobilisateur, ancré dans les angoisses du siècle, mais à forte vocation de cette éternité dont ils restaient les spécialistes reconnus, pouvait les sortir de l’impasse.

Les balbutiements du développement durable avaient un instant, au début de ce siècle, paru à notre abbé comme une opportunité à saisir. Le temps y prenait une certaine consistance et la notion de développement pouvait sans doute servir de prétexte à l’épanouissement de l’homme. Mais dix ans de séminaires et de forums planétaires avaient fini par le convaincre de la supercherie. Il devenait dangereux d’associer le nom et l’image de sa communauté à cet oxymore manifestement sans lendemain.

Et puis, il y quelques jours, brutalement, le politique était venu bousculer sa réflexion morose.

Une jeune ministre, aux griffes encore adolescentes, avait décidé d’interpeller la plus vénérable des institutions nationales, l’église de France, et là où cela faisait le plus mal, son patrimoine ! Une menace de réquisition planait sur ses plus beaux joyaux, sous le prétexte d’accueillir la part de misère du monde que Michel Rocard avait dû se résoudre à tolérer dans notre beau pays.

Son évêque avait aussitôt réagi en lançant sur les routes de campagne son chanoine chargé des affaires immobilières, pour dénicher les lieux qu’il pourrait mettre en pâture ministérielle sans effaroucher ses ouailles, certes solidaires, mais souvent d’une solidarité délocalisée. Et la grande bâtisse du 19° siècle, perdue dans la campagne, incommode, un peu austère, mais manifestement sous occupée par les frères, avait bien plu au grand inquisiteur immobilier. On devrait pouvoir y loger 7 ou 8 familles au grand air, de quoi fermer d’un seul coup le bec aux média et redorer l’image de l’église locale injustement écornée !

Comment refuser cette épreuve pour une communauté façonnée depuis des siècles par l’obéissance et l’esprit de charité ? Mais aussi comment supporter l’intrusion brutale du monde, dans cet univers clos qui ne connaissait depuis des décennies que le chuchotement des confessions, le benedicité et la lecture des Saintes écritures du réfectoire comme débordements sonores ? Sans compter la télé, les match de football, les femmes, et les voitures.

Alors depuis trois jours et trois nuits, seul dans sa cellule devant le regard un peu penché du Christ en croix qui lui faisait face, il envisageait le pire, l’exil de sa communauté.

D’autres avant lui, avides de silence et de sens, avaient opté pour les fins fonds du Hoggar ou les hauteurs de l’Atlas. Il lui fallait quant à lui trouver un lieu de repli qui soit à la fois définitivement à l’abri d’appétits immobiliers, porteur de sens pour sa communauté, mais aussi pour les citoyens de son pays.

En cette veille de Noël, après une longue nuit de doute et de prière, le père Anselme, pour se détendre un peu, avait décidé de sacrifier à son péché mignon du mot croisé hebdomadaire. Il se grattait distraitement le mollet, agacé par la bure de sa robe, en cherchant le mot horizontal qui devait conclure la grille « cherche son gardien durable » en quatre lettres.

Il ne partait pas les mains vides puisqu’il disposait déjà du « e » d’une « éternité » verticale qui venait croiser son mot de quatre lettres.

Tout à coup ce fut l’illumination. Le concept qu’il cherchait, la fin de sa quête du Graal étaient devant lui : Bure, non pas celle de sa robe, mais bien cet obscur village des marches de l’est de la France profonde où l’on allait cacher pour les siècles des siècles ces déchets nucléaires que l’on ne saurait voir.

Les débats publics, les prises de position des populations locales et un récent rapport de la Cour des comptes avaient en effet bien mis en évidence de grandes inquiétudes sur la pertinence et le coût des solutions de stockage géologique profond retenues par la loi pour se débarrasser définitivement de cette question lancinante des déchets nucléaires les plus dangereux aux confins du bassin parisien.

Fallait–il, comme le proposaient des ingénieurs omniscients, oublier dans les profondeurs de la terre ces vestiges funestes et compter sur la mère nature pour maintenir fermé le couvercle de cette boîte empoisonnée ?

L’éthique la plus élémentaire ne devait-elle pas au contraire conduire à préférer la mémoire des hommes aux caprices de la nature pour maintenir le diable dans sa boîte ? Et si oui, comment s’y prendre pour éviter l’amnésie qui guette insidieusement les civilisations les plus brillantes ?

À l’évidence, c’est à un ordre monastique qu’il fallait confier la mémoire et l’intégrité de ce haut lieu du génie humain, charge à lui d’en faire la grotte sacrée et reconnue de notre civilisation ! C’est à ceux qui tutoyaient l’éternité que revenait de droit l’entretien d’une mémoire que les plus optimistes estimaient indispensable au moins pour dix mille ans.

Côté pratique, personne ne leur disputerait probablement, dans un avenir prévisible, l’implantation dans ce lieu a priori suspect. Certes, pour une centaine d’années, le calme du lieu serait troublé par la noria des camions venant alimenter le minotaure enterré. Mais la régulation monastique de ce trafic assurerait à la communauté le financement indispensable à son implantation.

Mais ensuite, dès 2125, quel calme, quel environnement pour théoriser la folie des hommes et sonder les mystères de l’éternité !

Et puis, qui sait si ce gardiennage ne s’étendrait pas dans quelques décennies aux sites des centrales nucléaires qu’il faudrait bien un jour fermer. De bons esprits ne prétendaient-ils pas que leur démantèlement allait coûter si cher qu’il vaudrait bien mieux les laisser en l’état, sous bonne garde pérenne ? De quoi assurer un essaimage quasi cistercien de son ordre dont les communautés ne se comptaient plus en Europe aujourd’hui que sur les doigts d’une main.

L’œil brillant, le mollet raffermi, le père Anselme se leva. Il fallait de ce pas, engager les démarches, convaincre sa hiérarchie, préparer les bons frères, alerter les média.

Le christ en croix, dont il croisa le regard en quittant sa cellule à grands pas conquérants, curieusement, gardait son air penché…

Benjamin Dessus, 24 décembre 2012

(haut de page)

À DÉCOUVRIR ÉGALEMENT SUR LE SITE INTERNET DE GLOBAL CHANCE

Pour aller plus loin...

Déchets nucléaires : qu’en faire ?
Rapports, analyses, tribunes, interviews, etc. :
Les analyses de Global Chance et de ses membres sur la question des déchets nucléaires

Bure : ceci n’est pas un débat public
Contributions, analyses, vidéos....
Global Chance et ses membres dans le « débat public » sur le projet Cigéo

Publications de membres de l’association
Publications de Global Chance
Dossiers thématiques

Publications de membres de l’association

Guignol l’écolo et les gendarmes atomiques (essai libre)
Y.S., mars 2013

Discours d’acceptation du « Nuclear-Free Future Award 2012 »
Yves Marignac, Heiden (Suisse), samedi 29 septembre 2012

Accident nucléaire : l’inacceptable pari
Bernard Laponche, in « Atomes crochus : argent, pouvoir et nucléaire », Réseau Sortir du Nucléaire, juillet 2012

Un an après Fukushima, prolonger le nucléaire en France est une bombe à retardement
Yves Marignac, Le Plus du NouvelObs.com, lundi 12 mars 2012

Énergie : « demain, tous prod’acteurs » ?
Benjamin Dessus (interview), L’Âge de faire, n°62, mars 2012

Sûreté nucléaire en France post-Fukushima
Analyse critique des évaluations complémentaires de sûreté (ECS) menées sur les installations nucléaires françaises après Fukushima
Arjun Makhijani et Yves Marignac, Rapport d’expertise IEER / WISE-Paris, 176 pages, lundi 20 février 2012

Manifeste négaWatt : réussir la transition énergétique
Thierry Salomon, Marc Jedliczka et Yves Marignac, Association négaWatt / Éditions Actes Sud, janvier 2012, 376 pages

Nécessités et limites des scénarios énergétiques
Benjamin Dessus, Thierry Salomon, Meike Fink, Stéphane Lhomme et Marie-Christine Gamberini (entretiens), Les Amis de la Terre, jeudi 29 décembre 2011, 29 p.

Fukushima (poème)
Y.S., mars 2011

(haut de page) (sommaire « Pour aller plus loin »)

Publications de Global Chance

Le casse-tête des matières et déchets nucléaires
Les Cahiers de Global Chance, n°34, novembre 2013, 76 pages

Des questions qui fâchent : contribution au débat national sur la transition énergétique
Les Cahiers de Global Chance, n°33, mars 2013, 116 pages

L’énergie et les présidentielles : décrypter rapports et scénarios
Les Cahiers de Global Chance, n°31, mars 2012, 100 pages

Nucléaire : la grande illusion. Promesses, déboires et menaces
Les Cahiers de Global Chance, n°25, septembre 2008, 84 pages

Nucléaire : le déclin de l’empire français
Les Cahiers de Global Chance, n°29, avril 2011, 112 pages

Débattre publiquement du nucléaire ? Un premier bilan des deux débats EPR et déchets organisés par la Commission nationale du débat public
Les Cahiers de Global Chance, n°22, novembre 2006, 76 pages

Petit mémento des déchets nucléaires
Éléments pour un débat sur les déchets nucléaires en France
Les Cahiers de Global Chance, hors-série n°2, septembre 2005, 48 pages

(haut de page) (sommaire « Pour aller plus loin »)

Les Dossiers de Global-Chance.org

Climat : n’oublions pas le méthane !
Rapports, analyses, tribunes, interviews, etc. :
Les travaux de Global Chance et de ses membres sur le mésusage du concept de « PRG »

Fukushima : réactions en chaîne
Tribunes, analyses, interviews, etc. : les réactions des membres de Global Chance face à la catastrophe nucléaire de Fukushima.

Nucléaire : par ici la sortie !
Rapports, analyses, tribunes, interviews, etc. : les propositions de Global Chance et de ses membres pour, enfin, sortir du nucléaire.

Accidents nucléaires : de l’improbable à l’imprévisible
Rapports, analyses, tribunes, interviews, etc. :
Les contributions de Global Chance et de ses membres au débat sur la sûreté nucléaire

Déchets nucléaires : qu’en faire ?
Rapports, analyses, tribunes, interviews, etc. :
Les analyses de Global Chance et de ses membres sur la question des déchets nucléaires

Gaz de schiste : miracle ou mirage ?
Rapports, analyses, tribunes, interviews, etc. :
Ls contributions de Global Chance et de ses membres au débat sur les gaz de schiste

Nucléaire : une indépendance énergétique en trompe-l’œil
Rapports, analyses, tribunes, interviews, etc. :
Global Chance et ses membres dénoncent le mythe d’une « énergie 100% nationale »

Nucléaire : quand la facture explose...
Rapports, analyses, tribunes, interviews, etc :
Le débat sur les coûts réels du nucléaire vu par Global Chance et ses membres

Bure : ceci n’est pas un débat public
Contributions, analyses, vidéos....
Global Chance et ses membres dans le « débat public » sur le projet Cigéo

(haut de page) (sommaire « Pour aller plus loin »)

À VOIR ET À MÉDITER

Into Eternity. La cachette nucléaire (film documentaire)
Michael Madsen, Magic Hours Films, 2010, durée 1h15
Onkalo, Finlande. Peut-on construire un site souterrain pour stocker des déchets nucléaires hautement radioactifs et assurer son inviolabilité pendant... 100 000 ans ? Le documentaire de science-fiction est né, fascinant et vertigineux.

Quand l’Église se mêle de Bure... (à voir sur villesurterre.eu)
« Gestion des déchets radioactifs. Réflexions et questions sur les enjeux éthiques »
Rapport du groupe de travail constitué autour de Marc Stenger, évêque de Troyes et président de Pax Christi France, novembre 2012, 31 pages
Y compris un liminaire de Philippe Gueneley (évêque de Langres), Jean-Paul Mathieu (évêque de Saint-Dié), Marc Stenger (évêque de Troyes) et François Maupu (évêque de Verdun)

(haut de page)

LES ESSENTIELS
réalisé par PixelsMill >