UNE EXPERTISE INDÉPENDANTE
DANS LE DÉBAT SUR
LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

À LA UNE
GLOBAL-CHANCE

Six EPR vendus à l’Inde ? (note de travail)

Suite à la visite de François Hollande en Inde fin janvier 2016, les medias se sont fait l’écho de la “vente” de six EPR à ce pays. Qu’en est-il exactement ? Non signataire du traité de non-prolifération, l’Inde est une puissance nucléaire militaire de facto et possède 17 centrales nucléaires anciennes et de puissance réduite. Entre 2008 et 2015, elle a signé une série d’accords multi- ou bilatéraux visant à lui permettre de conclure avec des firmes étrangères des contrats pour la construction de nouveaux réacteurs. La « Déclaration commune » signée le 25 janvier 2016 à l’occasion de la visite du Président de la République contient ainsi une série de dispositions relatives au projet de construction par EDF de 6 EPR à Jaitapur. EDF prendrait ainsi le relais d’Areva pour ce projet, amorcé dès 2010 sous les auspices de Nicolas Sarkozy et d’Anne Lauvergeon et qui portait initialement sur la construction de 2 EPR avec Nuclear Power Corporation of India Ltd (NPCIL). Mais si la « Déclaration commune » du 25 janvier évoque la conclusion des négociation technico-commerciales d’ici fin 2016 pour une mise en œuvre du projet au début de 2017, les obstacles à surmonter restent nombreux et les risques financiers pour EDF apparaissent d’ores et déjà très préoccupants...


Page publiée en ligne le 23 avril 2016
Mises à jour successives :
• Ajout de la version anglaise de la note (01/05/2016)
• Nouvelle version révisée en date du 20 mai 2016 (22/05/2016)

Sur cette page :
Six EPR vendus à l’Inde ? (Bernard Laponche)
À découvrir également sur le site de Global Chance (Dossiers et publications)

SIX EPR VENDUS À L’INDE ?

Bernard Laponche, note de travail, samedi 9 avril 2016, version révisée en date du 20 mai 2016

Télécharger cette note au format pdf [version révisée, 8 pages, 330 ko]

Télécharger la version anglaise [5 pages, 170 ko, fichier pdf] :
A note on the Jaitapur power plant projet with French utility EDF
Bernard Laponche, April 29, 2016 [revised May 20, 2016]


1. Relations Inde-France dans le nucléaire civil
2. La déclaration commune France-Inde de janvier 2016
2.1 Sécurité
2.2 Énergie nucléaire
3. Commentaires
4. Une question délicate : la responsabilité civile en cas d’accident
4.1 Problématique
4.2 Situation actuelle

À la suite de la visite d’État en Inde du Président de la République à la fin janvier 2016, les medias se sont fait l’écho de la vente de six EPR en Inde. Nous examinons dans cette note la situation actuelle de ce « marché ».

Le programme nucléaire de l’Inde date de l’indépendance du pays. Dès 1948, l’Atomic Energy Act vise au développement de l’énergie nucléaire à des fins pacifiques. Aujourd’hui non signataire du traité de non-prolifération nucléaire (TNP) (1), l’Inde n’en est pas moins l’une des grandes puissances nucléaires. L’énergie nucléaire est aujourd’hui la quatrième source d’électricité en Inde (2,9 % en 2013 (2) ) et l’Inde possède 17 centrales nucléaires, dont la majorité sont équipées de réacteurs à uranium naturel comme combustible et à eau lourde pressurisée (PHWR), de type CANDU (technologie canadienne) (3). Ces réacteurs CANDU sont de puissance réduite : 16 de 220 MW de puissance électrique et deux de 540 MW. La puissance électrique totale de la production d’origine nucléaire en Inde est de 5 308 MW.

1. Relations Inde-France dans le nucléaire civil

Pays non signataire du traité de non prolifération (TNP), l’Inde est une puissance nucléaire militaire de facto et non de jure depuis son essai nucléaire de 1998. Elle cherche à cette époque à obtenir un statut spécial dans le « groupe des pays fournisseurs d’énergie nucléaire (civile) » (NSG : Nuclear suppliers group) qui lui permettrait de conclure des contrats avec des firmes étrangères pour la construction de centrales nucléaires.

La France se considère en pointe sur ce sujet du fait d’un accord de partenariat stratégique avec l’Inde en 1998, lors de la première visite d’État du Président français J. Chirac à New-Delhi. La France a de plus toujours soutenu le fait que l’Inde devienne membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU.

C’est lors de la deuxième visite d’État de J. Chirac en 2006 qu’est signée le 20 février une déclaration politique bilatérale sur « le développement de l’énergie nucléaire à des fins civiles… couverte, lorsque cela est applicable, par des accords de garanties appropriés avec l’Agence internationale de l’énergie atomique ».

Le 6 septembre 2008, le groupe des fournisseurs nucléaires a signé un accord de coopération avec l’Inde. Le même mois, la Chambre des représentants du Congrès américain a voté un accord de coopération nucléaire avec l’Inde, pour une durée de 40 ans, prévoyant le transfert de technologies et de fournitures par les États-Unis à l’Inde de matériel nucléaire et non-nucléaire, y compris de réacteurs. Cet accord, qui met fin à un embargo de 34 ans, n’a pas fait l’unanimité, certains craignant l’établissement d’un précédent dangereux pour la prolifération nucléaire, en officialisant le statut de puissance nucléaire de facto.

À la suite de cette décision, en Février 2009, un accord (« Memorandum of understanding », MOU) a été signé entre AREVA et Nuclear Corporation of India Ltd (NPCIL) pour la construction de six réacteurs EPR sur le site de Jaitapur dans l’état de Maharashtra en Inde.

En décembre 2014, les deux mêmes partenaires ont signé un accord-cadre (« General framework agreement ») pour la construction des deux premiers EPR. Un nouvel accord, sous une forme plus précise (« Pre-engineering agreement ») a ensuite été signé entre les deux partenaires le 10 avril 2015, portant également sur la construction de deux EPR.

EDF ayant pris le relais d’AREVA pour la partie française, un accord de coopération entre EDF et NPCIL a enfin été signé en janvier 2016 à l’occasion de la visite du président français, suivi de la signature en Inde, le 22 mars 2016, d’un nouveau « MOU » entre ces deux partenaires, portant sur la construction de six EPR à Jaitapur.

La visite d’État du Président Hollande les 24-25 et 26 janvier 2016 donne lieu à une « Déclaration commune » portant sur un grand nombre de domaines.

2. La déclaration commune France-Inde de janvier 2016 (4)

Nous reproduisons ici les passages relatifs à notre sujet (la numérotation correspond à celle des paragraphes de la déclaration commune).

2.1 Sécurité

§ 6. La France et l’Inde partagent des préoccupations et des objectifs communs dans le domaine de la non-prolifération des armes de destruction massive. Afin de renforcer les régimes de contrôle global de non-prolifération et relatifs à l’exportation, la France et l’Inde sont engagés à continuer à œuvrer conjointement à l’adhésion de l’Inde aux régimes multilatéraux de contrôle des exportations, à savoir, Groupe des fournisseurs nucléaires (NSG), le Régime de contrôle de la technologie des missiles (MTCR), le Groupe d’Australie et l’arrangement de Wassenaar. La France a réaffirmé son soutien fort et actif à la construction d’un consensus entre les membres de régimes sur cette question, en reconnaissant que l’adhésion de l’Inde ajoutera de la valeur aux buts et objectifs de ces régimes. L’Inde et la France ont souligné leur détermination à obtenir l’adhésion de l’Inde au NSG en 2016. La France et l’Inde ont souligné leur soutien aux négociations sur le traité FMCT (Fissile Material Cut-Off Treaty) sur la base du mandat Shannon, qui reste un fondement essentiel de progrès sur la question à la Conférence du désarmement.

2.2 Énergie nucléaire

§ 16. Les deux pays ont réaffirmé leur engagement envers le développement responsable et durable de l’énergie nucléaire civile avec la plus haute considération pour la sûreté, la non-prolifération et la protection de l’environnement. La France et l’Inde ont souligné la contribution de l’énergie nucléaire pour leur sécurité énergétique et à la lutte contre le changement climatique.

§ 17. La France a réaffirmé son soutien permanent fort et ancien pour que la candidature de l’Inde aux régimes internationaux de contrôle des exportations et en particulier le NSG.

§ 18. En application de l’Accord de 2008 sur le développement des utilisations pacifiques de l’énergie nucléaire entre l’Inde et la France, les deux dirigeants ont encouragé leurs entreprises industrielles à conclure les négociations technico-commerciales d’ici la fin de 2016 pour la construction de six unités de réacteur nucléaire à Jaitapur, en tenant dûment compte de la viabilité du coût du projet, du financement du côté français, de la collaboration sur le transfert de technologie et de la part de la fabrication en Inde pour les composants importants ou critiques en accord avec la politique du « Faire en Inde » du Gouvernement Indien.

§ 19. La France a reconnu la nécessité pour l’Inde d’avoir la garantie à vie de l’approvisionnement en combustible nucléaire (5) et a renouvelé son engagement à un accès fiable, ininterrompu et continu à l’approvisionnement en combustible nucléaire pendant toute la durée de vie des centrales comme indiqué dans l’IGA (6) bilatéral sur la coopération nucléaire de 2008.

§ 20. Les deux dirigeants ont convenu d’une feuille de route de la coopération pour accélérer les discussions sur le projet d’énergie nucléaire Jaitapur en 2016. Leur objectif commun est de commencer la mise en œuvre du projet au début de 2017.

§ 21. Dans ce contexte, les deux dirigeants ont noté avec satisfaction, la mise en œuvre assortis de délais en cours de la coopération entre AREVA et L&T (7) dans le cadre du protocole d’accord signé en Avril 2015 pour la localisation à grande échelle de la fabrication des composants pour le projet de centrale nucléaire à Jaitapur, comme ainsi que les progrès dans les études de pré-ingénierie pour le projet mené par AREVA en collaboration avec NPCIL.

§ 22. Le Premier ministre Modi et le Président Hollande ont salué le paraphe du protocole d’entente révisé entre EDF et NPCIL pour la construction de six EPR à Jaitapur.

§ 23. La France a salué la décision prise par le gouvernement de l’Inde de ratifier la Convention sur la réparation complémentaire des dommages nucléaires (8).

§ 24. Les deux dirigeants se sont félicités de l’engagement régulier entre leurs organisations de l’énergie atomique et leur collaboration croissante dans les secteurs scientifiques et de R&D, mutuellement bénéfiques liés à des utilisations pacifiques de l’énergie nucléaire.

§ 25. Ils ont également apprécié les relations de longue date entre leurs autorités nucléaires réglementaires - l’AERB de l’Inde et l’ASN de la France - qui a facilité le partage d’expériences précieuses, les meilleures pratiques et les développements liés à la sûreté nucléaire et aux questions réglementaires.

3. Commentaires

On retient de ce texte :

a) Paragraphes 6 et 17 :

Qu’il reste un certain nombre de questions de l’ordre du droit international, sur la coopération en matière nucléaire avec un pays, l’Inde, qui n’a pas signé le TNP. Ainsi que sur la participation de l’Inde aux contrôles des exportations dans ce domaine et au Groupe des Fournisseurs Nucléaires (NSG).

b) Paragraphe 18 :

Que de nombreuses questions restent à régler :

• coût du projet ;
• financement du côté français ;
• transfert de technologie ;
• niveau de la part locale (Inde) pour la production des équipements, notamment les plus importants ;

c) Paragraphe 19 :

Que la France s’engage sur l’approvisionnement en combustible nucléaire pendant toute la durée de vie des réacteurs. Il est difficile d’interpréter cet engagement : est-ce une fourniture de matière première (uranium naturel), ou bien une fourniture d’uranium enrichi, ou bien une fourniture de combustibles (assemblages), et à quel prix. Est-ce que cela va jusqu’à la gestion des combustibles irradiés ?

d) Paragraphe 20 :

Au vu de l’importance des questions pendantes soulignées au paragraphe 18 et de la difficulté de la négociation sur ces thèmes, en toutes circonstances et en particulier avec les partenaires indiens, on peut avoir des doutes sur la date prévue pour le début de la mise en œuvre du projet au début de 2017,

e) Paragraphes 21 et 25 :

Ces deux paragraphes illustrent bien la situation difficile du côté Français (pas forcément bien comprise par la partie indienne) : d’un côté (paragraphe 21), les deux chefs d’État se félicitent de la bonne coopération avec AREVA sur ce projet et, d’un autre côté (paragraphe 22), ils saluent le protocole d’entente révisé entre EDF et NPCIL pour la construction de six EPR à Jaitapur. Ainsi, un accord de coopération entre EDF et NPCIL a été signé le 26 janvier 2016, suivi de la signature en Inde, le 22 mars 2016, d’un nouveau « memorandum of understanding », portant sur la construction de six EPR.

On constate le passage de relais entre AREVA et EDF pour la responsabilité de ce projet, tout en sachant que la question du passage de AREVA NP sous la responsabilité d’EDF est loin d’être réglée. Cela risque de placer EDF dans une situation très inconfortable vis-à-vis de ses partenaires indiens.

On peut penser que la reprise en mains du dossier par EDF entraînera en particulier une nouvelle négociation avec le partenaire L&T précédemment lié à AREVA, d’autant plus qu’il semble que L&T n’ait pas d’expérience dans le domaine nucléaire.

EDF a souligné dans un communiqué du 26 janvier 2016 :
« L’objectif des prochains mois sera de poursuivre la préparation, commencée par Areva et NPCIL en avril 2015, de la certification du réacteur EPR en Inde par l’autorité de sûreté indienne et de finaliser les conditions notamment économiques et financières et les spécifications techniques du projet, supervisées par l’agence nucléaire indienne DAE ».

Notons à ce stade que, d’après la presse indienne, la négociation menée jusqu’ici par AREVA n’avait que très peu avancé du fait d’un désaccord avec NPCI sur le coût du projet. Qu’en sera-t-il avec EDF ?

4. Une question délicate : la responsabilité civile en cas d’accident (9)

4.1 Problématique

L’accident nucléaire de Fukushima a rappelé à la communauté internationale la nature risquée de l’exploitation de l’énergie atomique et a remis sur le devant de la scène les questions liées à l’indemnisation des victimes et à la responsabilité en cas d’accident. Cette problématique n’est pas nouvelle puisque dès 1963, la communauté internationale a adopté la Convention de Vienne sur la responsabilité civile en cas d’accident nucléaire, convention amendée en 1997, qui permet de favoriser et de sécuriser les relations commerciales dans le secteur du nucléaire en instaurant des principes juridiques standardisés. Cette convention, à laquelle s’ajoute la Convention de Paris sur la responsabilité civile dans le domaine de l’énergie nucléaire et la Convention sur la réparation complémentaire des dommages nucléaires (CSC (10) ), établit le principe d’une responsabilité principale pour l’exploitant jusqu’à un certain montant, à partir duquel l’État dans lequel a eu lieu l’accident doit prendre en charge les indemnités, puis l’ensemble des signataires.

La responsabilité civile en cas d’accident est un élément particulièrement sensible dans le transfert des technologies et des matières nucléaires, puisque sans garantie sur ces questions, un constructeur pourra difficilement trouver à s’assurer dans son pays d’origine et donc à procéder aux investissements envisagés à l’étranger. C’est cette constatation qu’ont fait récemment les entreprises du nucléaire dans leurs relations avec l’Inde. En effet, New Delhi n’a ratifié aucune des conventions mentionnées ci-dessus. Particulièrement marquée par la catastrophe industrielle de Bophal, dont le bilan officiel a été de plus de 3 000 morts en 1984 et qui avait impliqué la filiale d’un groupe américain, l’Inde a longtemps été peu favorable à dédouaner de ses responsabilités les constructeurs. Pour autant, suite à l’accord nucléaire de 2008 avec les États-Unis, elle a revu en profondeur sa position en 2010 en adoptant le Civil Liability for Nuclear Damage Act, qui a placé l’exploitant au cœur du système de responsabilité, tout en définissant les modalités d’indemnisation du gouvernement dans le cas où les dommages dépasseraient une certaine somme. Mais en donnant à l’exploitant la possibilité de se retourner contre le constructeur, qu’ils soient locaux ou étrangers (section 17 de la loi), cette loi a dissuadé les investisseurs potentiels de construire des installations nucléaires sur le territoire indien, le coût de l’assurance devenant trop important.

C’est notamment cette question qui a été au centre des discussions entre le Président Obama et le Premier ministre Modi lors de leurs rencontres récentes et notamment lors du voyage en Inde du Président américain en janvier 2015. L’accord de 2008 est en effet à ce jour resté inappliqué, alors que les ambitions nucléaires de l’Inde demeurent élevées en termes énergétiques. Ces échanges ont permis quelques avancées, l’Inde adoptant suite à la rencontre une note clarifiant l’interprétation de la loi de 2010 et créant un pool d’assurance public pour prendre en charge les indemnités au-delà d’une somme correspondant à environ 420 millions de dollars.

Reste à savoir si ces mesures seront suffisantes pour permettre aux investisseurs de se positionner sur le vaste marché indien. En interne, cet assouplissement de la loi de 2010 risque d’être vivement critiqué et perçu comme une faveur concédée aux États-Unis aux dépens des contribuables indiens. Du côté des entreprises, le fait que ces assouplissements proviennent d’une notification administrative et non d’un amendement législatif peut soulever des doutes en termes de sécurité juridique dans un pays où le climat des affaires souffre déjà du poids de la corruption et de l’inefficacité de la bureaucratie.

L’Inde affirme que la loi de 2010 n’a pas besoin d’être amendée et est conforme avec la convention sur la réparation complémentaire des dommages nucléaires, mais cette interprétation est sujette à débat. Le système prôné par le gouvernement Modi, qui vise à favoriser un « partenariat dans la gestion du risque » entre constructeur et exploitant, dépend en réalité beaucoup du lien de confiance qui pourra exister entre les entreprises étrangères et les autorités administratives et judiciaires indiennes. À ce titre, le gouvernement américain a laissé entendre à ses constructeurs (dont General Electric et Westinghouse) qu’ils devaient continuer de subordonner leurs décisions d’investissement à leur propre évaluation du risque.

Ces problématiques ne sont pas exclusives aux entreprises américaines, puisqu’Areva a fait part de son souhait de répondre aux appels d’offres indiens et de construire plusieurs réacteurs pour une capacité de 10 000 mégawatts. Les visites de Laurent Fabius et de Ségolène Royal en Inde en janvier 2015 ont également permis d’évoquer ces questions cruciales pour le devenir de la coopération nucléaire entre les deux pays.

4.2 Situation actuelle

L’Inde avait signé en octobre 2010 la Convention sur la réparation complémentaire sur les dommages nucléaires. Il a fallu attendre le 4 février 2016 pour que l’Inde dépose officiellement son document de ratification de cette convention auprès de l’AIEA (11). Cette date n’est probablement pas fortuite et cette ratification est à même de rassurer le partenaire français.

Néanmoins, la question reste extrêmement complexe sur un plan juridique et l’attitude du gouvernement américain mérite d’être soigneusement examinée. En effet, si ce gouvernement peut renvoyer les sociétés privées Westinghouse et General Electric à leur propre responsabilité, ce n’est pas le cas en France où l’État est actionnaire très largement majoritaire dans le capital d’EDF. Toute obligation pour EDF de participer à une compensation financière consécutive à un accident nucléaire en Inde sur une centrale construite par EDF aurait des conséquences directes sur le budget de l’État. La question se pose de façon encore plus aigüe si EDF n’assurait pas seulement le rôle de constructeur mais participait aussi à l’exploitation.

Enfin, gardons en mémoire les propos d’André-Claude Lacoste, alors président de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) rapportés par l’agence Bloomberg le 6 juin 2012 (12) :

« Export contracts for nuclear plants are being obtained at pure dumping-level prices, » Andre-Claude Lacoste, head of the Autorite de Surete Nucleaire regulator, said today at a conference organized by L’Usine Nouvelle magazine in Paris.
« Prices accepted by vendors and obtained by buyers are unsustainable, » Lacoste said.
« There aren’t many tenders, which is why competitors are ripping each other off. It’s already a serious matter, and we need to make sure that there’s no dumping on safety on top of that. »

Bernard Laponche, 9 avril 2016

(haut de page) (sommaire de la page)

Notes

(1) Inde : 3,3 millions de km2, 1,24 milliards d’habitants en 2012, PIB par habitant : 1503 US$ au taux de change et 5500 US$ à parité de pouvoir d’achat (contre 34 000 US$ pour la France).

(2) Sources principales de production d’électricité en 2013 : 73% charbon, 12% hydraulique.

(3) Les autres réacteurs sont 2 BWR de 150 MW et 1 PWR de 917 MW, de puissance électrique nette.

(4) Texte complet de la déclaration commune : http://www.thehindu.com/news/resources/full-text-of-joint-statement-issued-by-india-france/article8151255.ece

(5) Uranium enrichi (3 à 5%). Aucune mention n’est faite sur une possibilité de combustible MOX.

(6) IGA : Inter Governmental Agreement (accord inter-gouvernemental).

(7) L & T : Larsen & Toubro est un conglomérat basé à Bombay en Inde. Il est notamment présent dans la construction, dans l’électronique, la finance, l’ingénierie industrielle. En 2013 : effectif de 80 000 personnes et chiffre d’affaires de 13 milliards de dollars. Le 11 avril 2015, L&T et AREVA ont signé un « Memorandum of Understanding » de coopération afin de « maximiser » la localisation en Inde de la fabrication en Inde des éléments importants des réacteurs (valves, tuyauteries, équipements électriques, instrumentation, ainsi que l’ingénierie.

(8) Ratification qui sera confirmée à l’AIEA en février 2016 (voir plus loin).

(9) Références : http://www.cesim.fr/observatoire/fr/102/article/377 ;
http://www.world-nuclear.org/information-library/safety-and-security/safety-of-plants/liability-for-nuclear-damage.aspx

(10) CSC : Convention on Supplementary Compensation for Nuclear Damage.

(11) AIEA : Agence internationale pour l’énergie atomique.

(12) www.bloomberg.com/news/articles/2012-06-06/french-nuclear-watchdog-says-orders-won-at-too-low-prices

(haut de page) (sommaire de la page)

À DÉCOUVRIR ÉGALEMENT SUR LE SITE DE GLOBAL CHANCE

Énergie, Environnement, Développement, Démocratie :
changer de paradigme pour résoudre la quadrature du cercle

Global Chance, mai 2011

(encadré = plus d’informations au survol)

Les Dossiers de Global-Chance.org

(sommaire « À découvrir également sur le site de Global Chance »)

(haut de page) (sommaire de la page)

Les Cahiers de Global Chance

(encadré = plus d’informations au survol)

Sans relâche : décrypter, expliquer, proposer...
Les Cahiers de Global Chance, n°38, janvier 2016, 84 pages

Imaginer l’inimaginable ou cultiver son jardin ?
Les Cahiers de Global Chance, n°37, juin 2015, 100 pages

Autour de la transition énergétique : questions et débats d’actualité (suite)
Les Cahiers de Global Chance, n°36, novembre 2014, 68 pages

Autour de la transition énergétique : questions et débats d’actualité
Les Cahiers de Global Chance, n°35, juin 2014, 84 pages

Le casse-tête des matières et déchets nucléaires
Les Cahiers de Global Chance, n°34, novembre 2013, 76 pages

Des questions qui fâchent : contribution au débat national sur la transition énergétique
Les Cahiers de Global Chance, n°33, mars 2013, 116 pages

L’efficacité énergétique à travers le monde : sur le chemin de la transition
Les Cahiers de Global Chance, n°32, octobre 2012, 180 pages

Voir la liste complète des publications de Global Chance

(sommaire « À voir également sur le site de Global Chance »)

(haut de page) (sommaire de la page)

Publications de membres de l’association (sélection)

(encadré = plus d’informations au survol)

Sauver la planète sans changer nos pratiques sociales, économiques et politiques ?
Benjamin Dessus, ÉcoRev’, n°43, « L’écologie, le capitalisme et la COP : le bon, la brute et le truand », printemps-été 2016, pp. 104-115

Le président d’EDF fait pression sur l’État
Benjamin Dessus, Le Club Mediapart, jeudi 17 mars 2016

EDF et le nucléaire : l’enfer c’est les autres !
Benjamin Dessus, AlterEcoPlus.fr, vendredi 11 mars 2016

Fukushima : ce que parler veut dire
Bernard Laponche, Le Journal de l’Énergie, lundi 7 mars 2016

La folle stratégie d’EDF pour faire échouer la transition énergétique
Benjamin Dessus, Reporterre.net, 1er mars 2016

EDF : la fin de l’État dans l’État ?
Benjamin Dessus, AlterEcoPlus.fr, mercredi 24 février 2016

Nucléaire français : que faire devant la catastrophe économique annoncée ?
Benjamin Dessus, Le Club Mediapart, mercredi 17 février 2016

Irréaliste de respecter les 50% de nucléaire en 2025 ?
Benjamin Dessus et Bernard Laponche, Le Club Mediapart, lundi 25 janvier 2016

Protéger l’environnement n’est pas une contrainte, mais bien une opportunité
Jean Louis Basdevant, Denis Clerc, Benjamin Dessus, Bernard Laponche, Hervé Le Treut, Georges Mercadal, Michel Mousel et Jacques Testart, AlterEco+, vendredi 22 janvier 2016

Le crépuscule du nucléaire
Yves Marignac, Politis, hors-série n°63, « Crise climatique : Les solutions pour en sortir », novembre-décembre 2015, pp. 28-29

Les coûts du nucléaire
Bernard Laponche, intervention dans le cadre du séminaire international « Les centrales nucléaires : leçons de l’expérience mondiale », Sénat fédéral du Brésil, Brasilia, mardi 27 octobre 2015

L’option nucléaire contre le changement climatique : risques associés, limites et frein aux alternatives
Yves Marignac & Manon Besnard, WISE-Paris, mardi 27 octobre 2015, 24 pages

EPR : les illusions perdues
Benjamin Dessus, Le Club Mediapart, mardi 8 septembre 2015

Le nucléaire français confronté à ses erreurs de stratégie
Yves Marignac (entretien), Journal de l’énergie, jeudi 25 juin 2015

Nucléaire français : l’impasse industrielle
Le poids du pari industriel nucléaire de la France à l’heure de la transition énergétique
Yves Marignac & Manon Besnard, WISE-Paris, mardi 23 juin 2015, 72 pages

Énergie et émissions de gaz à effet de serre dans le monde : cas de la production d’électricité
Bernard Laponche, Petit aide mémoire, mercredi 23 juin 2015, 7 pages

L’absurdité inscrite au cœur de la loi sur la transition énergétique
Benjamin Dessus, Reporterre.net, lundi 15 juin 2015

EPR : l’histoire d’un désastre
Benjamin Dessus, AlterEcoPlus.fr, jeudi 11 juin 2015

L’avenir bouché du nucléaire français
Benjamin Dessus, Alternatives économiques, n°347, juin 2015

Défauts de fabrication sur la cuve du réacteur EPR de Flamanville-3
Yves Marignac, WISE-Paris Briefing, lundi 13 avril 2015

ATMEA et ses concurrents
Bernard Laponche, note de travail, lundi 23 mars 2015, 12 pages

ASTRID : une filière nucléaire à haut risque et coût exorbitant
Bernard Laponche, note de travail, 11 février 2015, 16 pages

Matières et déchets de la production d’électricité d’origine nucléaire
Benjamin Dessus, André Guillemette, Bernard Laponche et Jean-Claude Zerbib, Écologie & politique, 2014/2 (n°49), décembre 2014, p. 143-170

Électronucléaire : de la science au politique
Bernard Laponche, Esquisse(s), n°7, « Convictions », automne 2014, pp. 69-80

Forçage radiatif et PRG du méthane dans le rapport AR5 du GIEC
Benjamin Dessus et Bernard Laponche, Le Cercle / Les Échos, mardi 19 mai 2014

Audition de Bernard Laponche par la commission d’enquête de l’Assemblée nationale sur les coûts de la filière nucléaire
Bernard Laponche, jeudi 17 avril 2014 / Document support : « Commentaires sur le rapport « Énergies 2050 » du Centre d’analyse stratégique », 16 pages

La transition énergétique : pourquoi, pour qui et comment ?
Benjamin Dessus, Les Possibles, n°3 - printemps 2014, dossier : « L’écologie, nouvel enjeu »

L’échéance des 40 ans pour le parc nucléaire français
Processus de décision, options de renforcement et coûts associés à une éventuelle prolongation d’exploitation au delà de 40 ans des réacteurs d’EDF
Yves Marignac, WISE-Paris, 22 février 2014, 171 pages

Évolution de la consommation d’énergie au Japon après Fukushima, 2010-2012
Bernard Laponche, Note de travail, mercredi 14 décembre 2013, 16 pages

Innovation scientifique : la parole aux citoyens !
Jean-Marie Brom, Benjamin Dessus, Bernard Laponche, Monique Sené & Raymond Sené, Libération, mardi 29 octobre 2013

Plogoff : retour sur une lutte victorieuse
Bernard Laponche, La Revue des Livres, n°12, juillet-août 2013

Déchets nucléaire – Bure : Projet CIGéo et avis ASN
Bernard Laponche & Bertrand Thuillier, Contribution au débat public CIGéo, jeudi 13 juin 2013

L’énigme du corium mouillé. Chroniques de l’atome masqué (2)
Bernard Laponche, Le Club Mediapart, mercredi 22 mai 2013

L’EPR : une rupture inexplicable du coût d’investissement par rapport aux paliers précédents
Benjamin Dessus, note de travail, lundi 13 mai 2013

L’uranium à disparu ! Chroniques de l’atome masqué (1)
Bernard Laponche, Le Club Mediapart, lundi 13 mai 2013

La gouvernance de la sûreté nucléaire. Citations et questionnements
Bernard Laponche, Débat national sur la transition énergétique, Note au groupe “Gouvernance” du CNDTE, mercredi 27 mars 2013, 28 pages

Le risque d’accident des centrales nucléaires. Citations et questionnements
Bernard Laponche, Débat national sur la transition énergétique, Note au sous-groupe “scénarios” du groupe d’experts, 26 mars 2013, 41 pages

Coût du nucléaire présent et futur : notes au CNDTE
Benjamin Dessus, notes au Conseil national du débat sur la transition énergétique, printemps 2013

Quels gaz à effet de serre faut-il réduire ?
Benjamin Dessus, Bernard Laponche et Hervé Le Treut, La Recherche, n°472, février 2013, pp. 46-50

Transition énergétique et sortie du nucléaire
Bernard Laponche, document de travail, décembre 2012, 20 pages

Nuclear-Free Futur Award 2012 : Yves Marignac lauréat !
Yves Marignac, discours d’acceptation, Heiden (Suisse), samedi 29 septembre 2012

Choix énergétiques : un débat biaisé
Benjamin Dessus, Pour La Science, n°414, avril 2012, pp. 30-35

Sûreté nucléaire en France post-Fukushima
Analyse critique des évaluations complémentaires de sûreté (ECS) menées sur les installations nucléaires françaises après Fukushima.
Arjun Makhijani et Yves Marignac, Rapport d’expertise, lundi 20 février 2012

« Les intérêts d’EDF vont contre l’intérêt général »
Yves Marignac (interview), Médiapart, lundi 6 février 2012

La France peut-elle sortir du nucléaire ?
Benjamin Dessus & Alain Grandjean (entretien), Alternatives Économiques Poche, n°54, « L’énergie autrement », février 2012

Manifeste négaWatt : réussir la transition énergétique
Thierry Salomon, Marc Jedliczka et Yves Marignac, Association négaWatt / Éditions Actes Sud, janvier 2012, 376 pages

Peut-on sauver notre planète sans toucher à notre mode de vie ?
Benjamin Dessus, / Sylvain David, Éditions Prométhée, Collection Pour ou Contre ?, octobre 2010, 128 p.

Pour une remise à plat concertée et démocratique de nos modes de vie
Benjamin Dessus, intervention dans le cadre du bicentenaire du corps des Mines, jeudi 23 septembre 2010

Entre silence et mensonge. Le nucléaire, de la raison d’état au recyclage « écologique »
Bernard Laponche, entretien avec Charlotte Nordmann, La Revue internationale des Livres & des idées, n°14, novembre-décembre 2009

Le vieillissement des installations nucléaires : un processus mal maîtrisé et insuffisamment encadré
Yves Marignac, Contrôle (revue bimestrielle d’information de l’Autorité de Sûreté Nucléaire), dossier n°184 : « La poursuite d’exploitation des centrales nucléaires », juillet 2009

Prospective et enjeux énergétiques mondiaux : un nouveau paradigme
Bernard Laponche, document de travail n°59 de l’Agence Française de Développement, janvier 2008, 49 p.

(sommaire « À voir également sur le site de Global Chance »)

(haut de page) (sommaire de la page)

LES ESSENTIELS
réalisé par PixelsMill >