UNE EXPERTISE INDÉPENDANTE
DANS LE DÉBAT SUR
LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

À LA UNE
GLOBAL-CHANCE

Où va la transition énergétique à la française ?

Alors que le débat sur le budget 2015 à l’Assemblée nationale a mis en évidence la pauvreté des moyens prévus pour la transition énergétique, il est utile de rappeler l’engrenage des partis pris et des renoncements qui expliquent comment le concept initial s’est progressivement vidé de son sens... Se dessine ce faisant le profil d’une transition « à la française », une « fransition » qui s’éloigne inexorablement d’objectifs initiaux de haut niveau pour rejoindre la liste des avatars du « développement durable », dévolus à cette fameuse « croissance verte » que le préambule de la « loi sur la transition énergétique » invoque cinq fois en quinze lignes... Difficile dès lors de croire un instant que nous avons sous les yeux le grand projet du quinquennat de François Hollande…


Page publiée en ligne le 18 mars 2015

Sur cette page :
Où va la transition énergétique à la française ? (Benjamin Dessus)
À voir également sur le site de Global Chance (dossiers et documents)

OÙ VA LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE À LA FRANÇAISE ?

Benjamin Dessus, Politis, n°1327, jeudi 13 novembre 2014

Alors que le débat sur le budget 2015 à l’Assemblée nationale met en évidence la pauvreté des moyens prévus pour la transition énergétique, il est utile de rappeler l’engrenage des partis pris et des renoncements qui expliquent comment le concept initial s’est progressivement vidé de son sens.

Né en Allemagne au début des années 1980, il désignait le passage du système énergétique actuel presque exclusivement basé sur les ressources non renouvelables (uranium, charbon, pétrole, gaz naturel) vers un système basé sur des ressources renouvelables : une évolution radicale, d’une politique orientée par l’offre d’énergie à une politique déterminée par la demande, d’une gestion hyper centralisée à une gestion décentralisée des systèmes énergétiques. C’est sur ces bases que l’Allemagne s’engage au tournant du siècle, sous les quolibets encore émis aujourd’hui par des « élites » auto-satisfaites de notre pays.

Mais quand le concept surgit en France, près de trente ans plus tard dans le rapport Énergie 2050 (1), à la fin 2011, il a déjà perdu une jambe. La transition énergétique à la française n’en conserve que l’objectif de la réduction de la part des énergies productrices de CO2. Pas question un instant de renoncer à l’énergie nucléaire ni à la centralisation. D’ailleurs, les auteurs du rapport, malgré le choc créé par l’accident de Fukushima six mois plus tôt, consacrent l’essentiel de leur travail à la place du nucléaire pour l’avenir.

Dans ce contexte, l’annonce par François Hollande d’un retour à 50 % de la part du nucléaire dans la production d’électricité en 2025 et la fermeture de la plus vieille centrale nucléaire française, celle de Fessenheim, avant la fin 2017, peut apparaître comme une vraie rupture. Europe Écologie-Les Verts y voit une première faille dans la doctrine nationale, le lobby nucléaire s’époumone à prévoir le retour à la bougie, le chômage de masse. Pourtant, le Président se garde de préciser si la production d’électricité nucléaire devra décroître conjointement, ce qui permettra plus tard tous les reniements utiles...

La question nucléaire provisoirement encadrée, le débat national de transition énergétique se lance-t-il plus sereinement ? Non, il faudra user pas moins de trois ministres de l’Écologie tant les divers lobbies sont à la manoeuvre pour casser toute initiative « dangereuse », et toute idée un tant soit peu novatrice. Émerge cependant, au forceps, la centralité des économies d’énergie (difficile d’y couper) : il faudra diviser par deux la consommation d’ici à 2050.

Ségolène Royal, à la manœuvre, défend-elle une ambition forte ? Dominent surtout l’influence des lobbies et la volonté très démagogique de la ministre de bannir toute connotation « punitive » de son action. Plus un mot d’une fiscalité écologique, qui devrait doper l’économie française en se substituant à la taxation de l’emploi tout en incitant entreprises et ménages à la sobriété. Plus rien dans les transports, même pas l’écotaxe poids lourd héritée de la grand-messe précédente du Grenelle de l’environnement, à l’exception d’une promotion insensée et ruineuse du véhicule électrique, supposé résoudre les problèmes de bruit, la pollution locale et les émissions de gaz à effet de serre des transports. Et justifier le maintien du nucléaire au niveau élevé qu’impose le lobby nucléaire. Pour faire bonne mesure, l’idée d’autoroutes gratuites le week-end : sans doute une mesure d’économie d’énergie dans les transports…

Mais les 50 % de nucléaire, un progrès quand même ? Regardons de plus près, car il y a des chausse-trappes. Car la loi, noir sur blanc, se contente de fixer le plafond de puissance nucléaire installée à 63 gigawatts (GW), sa valeur actuelle. Un tel parc pourrait effectivement ne contribuer « qu’à » la moitié du total de la production d’électricité nationale, si cette dernière venait à exploser – et alors, il faudrait faire tourner beaucoup de centrales à fossiles pour couvrir l’autre moitié. Très improbable. Plus raisonnable, au regard des tendances actuelles : la production globale va stagner, voire baisser sous l’effet des mesures de réduction de la consommation. Ira-t-on alors faire tourner nos 63 GW de centrales les deux tiers du temps pour que leur contribution ne dépasse pas 50 % du total ? Aberration économique, car le coût de production du kilowattheure (kWh) dérape très vite dès que les réacteurs ne marchent plus plein pot. Donc, sans l’engagement d’en fermer une vingtaine à l’horizon 2025, la promesse de François Hollande a toutes les chances de finir aux oubliettes, sous d’excellents prétextes économiques. Illustration immédiate offerte par la ministre de l’Écologie, qui a publiquement remis en cause la fermeture de Fessenheim (avant la fin 2017) en raison des investissements de sûreté qu’y a récemment réalisés EDF…

Voilà donc que se dessine le profil de la transition à la française, une « fransition » qui s’éloigne inexorablement d’objectifs initiaux de haut niveau pour rejoindre la liste des avatars du « développement durable », dévolus à la fameuse « croissance verte », une notion invoquée cinq fois en quinze lignes dans le préambule de la loi. Une « fransition » qui ne se donne pas les moyens financiers indispensables à la réhabilitation thermique des logements, qu’attendent en particulier des précaires énergétiques, une « fransition » qui préfère subventionner grassement les voitures électriques de citadins fortunés plutôt que de démultiplier l’offre de transports en commun. Une « fransition » qui laisse proliférer les systèmes centralisés de production d’électricité verte (parcs éoliens, centrales solaires) que trustent les multinationales, au risque de saborder la formidable opportunité d’un engagement massif des citoyens pour le développement de ces énergies sur leur territoire.

Bien difficile de croire un instant que nous avons sous les yeux le grand projet du quinquennat…

Benjamin Dessus

(1) www.strategie.gouv.fr/system/files/rapport-energies_0.pdf


Benjamin Dessus, ingénieur et économiste, est président de l’association d’experts indépendants en énergie Global Chance. Il vient de publier Déchiffrer l’énergie (Belin), excellente somme sur le sujet.


Télécharger cette tribune dans sa mise en page d’origine (fichier pdf, 425 Ko)

(haut de page)

À VOIR ÉGALEMENT SUR LE SITE DE GLOBAL CHANCE

Dossiers thématiques
Publications de Global Chance
Publications de Benjamin Dessus (sélection)

(encadré = plus d’informations au survol)

Les Dossiers de Global-Chance.org

(par ordre chronologique d’apparition en ligne)

Climat : n’oublions pas le méthane !
Rapports, analyses, tribunes, interviews, etc. :
Les travaux de Global Chance et de ses membres sur le mésusage du concept de « PRG »

Fukushima : réactions en chaîne
Tribunes, analyses, interviews, etc. : les réactions des membres de Global Chance face à la catastrophe nucléaire de Fukushima

Nucléaire : par ici la sortie !
Rapports, analyses, tribunes, interviews, etc. : les propositions de Global Chance et de ses membres pour, enfin, sortir du nucléaire
Dossier clos le 31 décembre 2012

Accidents nucléaires : de l’improbable à l’imprévisible
Rapports, analyses, tribunes, interviews, etc. : les contributions de Global Chance et de ses membres au débat sur la sûreté nucléaire

Déchets nucléaires : qu’en faire ?
Rapports, analyses, tribunes, interviews, etc. : les analyses de Global Chance et de ses membres sur la question des déchets nucléaires

Gaz de schiste : miracle ou mirage ?
Rapports, analyses, tribunes, interviews, etc. :
Les contributions de Global Chance et de ses membres au débat sur les gaz de schiste

Nucléaire : une indépendance énergétique en trompe-l’œil
Rapports, analyses, tribunes, interviews, etc. : Global Chance et ses membres dénoncent le mythe d’une « énergie 100% nationale »

Nucléaire : quand la facture explose...
Rapports, analyses, tribunes, interviews, etc : le débat sur les coûts réels du nucléaire vu par Global Chance et ses membres

Bure : ceci n’est pas un débat public
Contributions, analyses, vidéos....
Global Chance et ses membres dans le « débat public » sur le projet Cigéo

(haut de page) (retour au sommaire « À voir également sur le site de Global Chance »)


Publications de Global Chance

(encadré = plus d’informations au survol)

Autour de la transition énergétique : questions et débats d’actualité (suite)
Les Cahiers de Global Chance, n°36, novembre 2014, 68 pages

Autour de la transition énergétique : questions et débats d’actualité
Les Cahiers de Global Chance, n°35, juin 2014, 84 pages

Le casse-tête des matières et déchets nucléaires
Les Cahiers de Global Chance, n°34, novembre 2013, 76 pages

Des questions qui fâchent : contribution au débat national sur la transition énergétique
Les Cahiers de Global Chance, n°33, mars 2013, 116 pages

L’efficacité énergétique à travers le monde : sur le chemin de la transition
Les Cahiers de Global Chance, n°32, octobre 2012, 180 pages

L’énergie et les présidentielles : décrypter rapports et scénarios
Les Cahiers de Global Chance, n°31, mars 2012, 100 pages

L’énergie en France et en Allemagne : une comparaison instructive
Les Cahiers de Global Chance, n°30, septembre 2011, 96 pages

Nucléaire : le déclin de l’empire français
Les Cahiers de Global Chance, n°29, avril 2011, 112 pages

La science face aux citoyens
Les Cahiers de Global Chance, n°28, décembre 2010, 56 pages

Liste complète des publications de Global Chance

(haut de page) (retour au sommaire « À voir également sur le site de Global Chance »)


Publications de Benjamin Dessus (sélection)

(encadré = plus d’informations au survol)

Un Noël de bure
Benjamin Dessus, conte de Noël, in Les Cahiers de Global Chance, n°33, mars 2013

Quels gaz à effet de serre faut-il réduire ?
Benjamin Dessus, Bernard Laponche et Hervé Le Treut, La Recherche, n°472, février 2013, pp. 46-50

Le nucléaire bon marché ?
Benjamin Dessus, in « Atomes crochus : argent, pouvoir et nucléaire », Réseau Sortir du Nucléaire, juillet 2012

Choix énergétiques : un débat biaisé
Benjamin Dessus, Pour La Science, n°414, avril 2012, pp. 30-35

Sortir du nucléaire en 20 ans. À quelles conditions et à quels coûts ?
Benjamin Dessus, note de travail, version actualisée : mardi 31 janvier 2012, 15 pages

Nécessités et limites des scénarios énergétiques
Benjamin Dessus, Thierry Salomon, Meike Fink, Stéphane Lhomme et Marie-Christine Gamberini (entretiens), Les Amis de la Terre, jeudi 29 décembre 2011, 29 p.

Quelle place pour le nucléaire dans le mix énergétique mondial du 21ème siècle ?
Benjamin Dessus, intervention dans le cadre du colloque « Le risque nucléaire et la décision publique » à l’ENS de Paris, lundi 14 novembre 2011, 8 pages

En finir avec le nucléaire. Pourquoi et comment
Benjamin Dessus et Bernard Laponche, Édition du Seuil, Collection Sciences, Octobre 2011, 176 pages

Nucléaire : un besoin d’expertise
Benjamin Dessus, entretien publié sur LaLigue.org, le site de la Ligue de l’enseignement, juin 2011

Des mots pour le dire
Benjamin Dessus, Politis, n°1150, jeudi 28 avril 2011

Électricité : produire plus ou consommer moins et mieux ?
Benjamin Dessus, Les Échos, mardi 19 avril 2011

La France à l’abri d’un accident japonais ?
Benjamin Dessus et Bernard Laponche, Médiapart, dimanche 13 mars 2011

CO2 : la responsabilité des classes aisées
Benjamin Dessus, Politis, numéro 1139, jeudi 10 février 2011

Peut-on sauver notre planète sans toucher à notre mode de vie ?
Benjamin Dessus, / Sylvain David, Éditions Prométhée, Collection Pour ou Contre ?, octobre 2010, 128 p.

Pour une remise à plat concertée et démocratique de nos modes de vie
Benjamin Dessus, intervention dans le cadre du bicentenaire du corps des Mines, jeudi 23 septembre 2010

La crise de l’énergie n’a pas de solution technique
Benjamin Dessus, Manière de voir, n°112, août-septembre 2010 : « Le temps des utopies »

Les transports face aux défis de l’énergie et du climat
Benjamin Dessus, Document de travail n°86 de l’Agence Française de Développement, septembre 2009, 110 pages

Réduire le méthane : l’autre défi du changement climatique
Benjamin Dessus et Bernard Laponche, Document de travail n°68 de l’Agence Française de Développement, août 2008 - également disponible en anglais

Lanceurs d’alerte et systèmes d’expertise
Benjamin Dessus et Francis Chateauraynaud (radio), France Culture, émission Terre à Terre, samedi 12 avril 2008

Nous ne pouvons plus nous payer de mots
Benjamin Dessus, Liaison Énergie Francophonie, n°78, 1er trimestre 2008

Effet de serre : n’oublions pas le méthane !
Benjamin Dessus, Bernard Laponche et Hervé Le Treut, La Recherche, n°417, mars 2008

Remettre en cause notre sacro-sainte croissance
Benjamin Dessus, Politis, hors-série n°46 : « Vivre autrement. Un autre monde existe déjà ! », octobre-novembre 2007

La planète peut-elle se passer du nucléaire ?
Benjamin Dessus / Jean-Marc Jancovici (interview croisé), Terra Economica, 3 octobre 2007

Infrastructures de l’énergie
Benjamin Dessus, in « Infrastructures et énergie », coll., CUEPE, septembre 2007

« Le nucléaire ne nous sauvera pas du réchauffement »
Benjamin Dessus (interview), Libération, lundi 14 mai 2007

Énergie : les nouvelles technologies n’y suffiront pas, il faut changer de paradigme !
Benjamin Dessus, Liaison Énergie Francophonie, numéro 75, 2ème trimestre 2007

(haut de page) (retour au sommaire « À voir également sur le site de Global Chance »)

LES ESSENTIELS
réalisé par PixelsMill >