UNE EXPERTISE INDÉPENDANTE
DANS LE DÉBAT SUR
LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

À LA UNE
GLOBAL-CHANCE

Les politiques d’efficacité énergétique de l’Union Européenne

Atelier – Conférence de presse / mardi 27 juin 2017

Page publiée en ligne le 9 juin 2017

Sur cette page :
• Atelier - Conférence de presse : Les politiques d’efficacité énergétique de l’Union Européenne
• À découvrir également sur le site : Les Dossiers de Global-Chance.org


[Image : Enercoop Rhône-Alpes – Dr Watt : L’efficacité énergétique dans mon logement]

atelier – conférence de presse
LES POLITIQUES D’EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE DE L’UNION EUROPÉENNE

Ci-dessous : Programme & invitationDocuments supports


PROGRAMME & INVITATION

Le CLER – Réseau pour la transition énergétique et Global Chance
ont le plaisir de vous inviter à leur

Atelier – Conférence de Presse : Les politiques d’efficacité énergétique de l’Union Européenne

qui se tiendra de 10h à 13h le mardi 27 juin 2017 à la mairie du IIème arrondissement de Paris, 8 Rue de la Banque, 75002 Paris

Cet atelier sera animé par les présentations suivantes :

• L’évolution de la consommation d’énergie de l’Union européenne et de quatre pays entre 1990 et 2014 – Bernard Laponche, Global Chance.
• Le "Paquet Énergie" de la Commission européenne – Romain Riollet, CLER – Réseau pour la transition énergétique.
• Évaluation des scénarios d’efficacité énergétique proposés par la Commission pour la révision du paquet énergie-climat – Yamina Saheb, OpenExp.
• La directive "Bâtiments" – Hélène Sibilleau, EuroACE
• Les directives "Eco-conception" et "Etiquette énergie" – Chloé Fayole, ECOS Standard, et Sophie Attali, Topten.

Nous serons heureux de vous y accueillir.

À bientôt,

Benoît Hartmann, Directeur général, CLER – Réseau pour la Transition énergétique
Mathieu Richard, Président, Global Chance

Télécharger l’invitation [475 ko, 1 page, fichier pdf]

(haut de page) (sommaire de la page)


DOCUMENTS SUPPORTS

L’énergie dans l’Union européenne et quatre pays
Évolution des consommations d’énergie de 1990 à 2014 pour UE-28, Allemagne, France, Italie et Royaume-Uni.
Bernard Laponche, Global Chance

Télécharger le diaporama [2.2 Mo, fichier pdf, 9 pages]

Synthèse de la présentation :

1. Sur les consommations énergétiques finales
• Le phénomène le plus marquant est que, pour UE-28 comme pour les quatre pays, la consommation énergétique finale, totale et par habitant, diminue entre 1990 et 2014, de façon assez régulière pour l’Allemagne et « en bosse » pour les trois autres pays, avec un maximum situé selon le pays entre 2000 et 2005.
• L’intensité énergétique finale, rapport de la consommation énergétique finale au PIB, décroît entre 1995 et 2014 pour les cinq entités, de 10% pour l’Italie à 41% pour le Royaume-Uni.
• A part en Allemagne, où les secteurs de l’industrie, des transports et du résidentiel font jeu égal, c’est le secteur des transports qui domine dans les trois autres pays et dans UE-28.
• En 2014, la consommation de l’ensemble « résidentiel et tertiaire », donc des bâtiments, domine dans les cinq entités, autour de 40% de la consommation énergétique finale.
• L’analyse de la consommation par produit est très éclairante : partout et sur l’ensemble de la période, large domination des produits pétroliers avec une part autour de 40%, loin devant le gaz et l’électricité.

2. Sur la consommation d’électricité
• La consommation d’électricité présente un comportement tout à fait remarquable : après une augmentation régulière entre 1990 et 2008 conforme à son évolution historique et le décrochage de 2009 lié à la crise financière, elle se stabilise ou baisse légèrement à partir de 2010.
• A part en Italie où elle augmente, l’intensité électrique, rapport de la consommation finale d’électricité au PIB, baisse nettement dans les quatre autres entités et de façon spectaculaire au Royaume-Uni (-30%).
• L’industrie est le secteur le plus fort consommateur en Allemagne, alors qu’elle fait jeu égal avec le résidentiel et avec le tertiaire dans les trois autres pays.
• Le secteur des bâtiments (résidentiel plus tertiaire) représente autour des deux tiers de la consommation finale totale d’électricité, le maximum étant en France (68% en 2014).

3. Sur la production d’électricité
• Pour les cinq entités, on note une augmentation régulière sur la période entre 1990 et les années 2003 et 2008 selon les cas, suivie, après le décrochage de 2009, par une reprise en 2010 suivie d’une stabilisation, voire une tendance à la baisse.
• Une production par habitant nettement plus forte en France.
• Le maintien d’une même structure de production sur l’ensemble de la période en France (75% d’origine nucléaire), tandis que les trois autres pays et UE-28 connaissent une évolution importante du mix électrique, notamment avec l’augmentation de la production d’origine renouvelable.

4. Sur la consommation d’énergie primaire
• Sur l’ensemble de la période, on constate une baisse générale de la consommation totale et par habitant. Baisse également de l’intensité énergétique primaire, rapport de la consommation primaire au PIB.
• Structure contrastée du « mix » primaire : part dominante mais décroissante du pétrole, dépassé cependant en France par l’uranium et concurrencé par le gaz en Italie et au Royaume-Uni. Baisse du charbon en Allemagne et au Royaume-Uni. Montée des énergies renouvelables, très faible en France.

(haut de page) (sommaire de la page)

À DÉCOUVRIR ÉGALEMENT SUR LE SITE DE GLOBAL CHANCE

Énergie, Environnement, Développement, Démocratie :
changer de paradigme pour résoudre la quadrature du cercle

Global Chance, mai 2011

Les Dossiers de Global-Chance.org

(haut de page) (sommaire de la page)

LES ESSENTIELS
réalisé par PixelsMill >