UNE EXPERTISE INDÉPENDANTE
DANS LE DÉBAT SUR
LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

À LA UNE
GLOBAL-CHANCE

Le contribuable pourrait payer une partie des retards de l’EPR

Automne 2008. Areva impute à EDF un nouveau retard d’un an sur la mise en service de l’EPR de Flamanville : les travaux, qui devaient à l’origine s’étaler de 2005 à mi-2009, dureraient jusque 2013. À quoi sont dus ces reports successifs ? Sont-ils inquiétants ? Quelles en seront les conséquences financières ? Qui paiera in fine la facture ? Président de Global Chance, Benjamin Dessus répond aux questions du magazine Challenges.


Page publiée en ligne le 23 avril 2016

Sur cette page :
Le contribuable pourrait payer une partie des retards de l’EPR (Benjamin Dessus)
À découvrir également sur le site de Global Chance (Dossiers et publications)

Saint-Georges terrassant le dragon (Wassily Kandinsky - 1915)

LE CONTRIBUABLE POURRAIT PAYER UNE PARTIE DES RETARDS DE L’EPR

Benjamin Dessus (interview), Challenges, mercredi 12 novembre 2008

Areva impute un nouveau retard d’un an à EDF sur la mise en service de l’EPR de Flamanville. Les travaux, qui devaient s’étaler de 2005 à mi-2009, dureraient jusque 2013. À quoi sont dus ces retards ? Sont-ils inquiétants ?

Ces retards sont essentiellement dus à une perte de compétences. Les groupes français n’ont pas construit de centrales depuis avant l’an 2000. Il faut se remettre à la page. L’ingénierie n’est plus ce qu’elle était, du fait, notamment, de départs à la retraite.

On a déjà des illustrations. Les opérations de coulage de béton du réacteur nucléaire de nouvelle génération ont en effet été suspendues fin mai, après que l’Autorité de sûreté nucléaire a relevé des « anomalies ». Et nous parlons d’un problème rencontré par Bouygues au niveau du gros œuvre, le chantier n’en est pas encore à traiter du nucléaire à proprement parler…

Ces problèmes sont également à imputer à une moindre présence d’EDF - jusqu’alors véritable maître d’œuvre - au profit de beaucoup de sous-traitance. Tout cela est assez inquiétant.

Peut-on chiffrer le coût que vont entraîner ces retards ? Qui supportera ces nouveaux frais ?

Si on se base sur le cas de la Finlande, c’est le contribuable qui devra sûrement payer.

Areva avait passé un contrat ferme avec les Finlandais de 3 milliards d’euros. Avec les retards, la facture a grimpé à 4,5 milliards d’euros. Or on peut difficilement imaginer que ce soit Areva ou les citoyens finlandais qui mettent la main au porte-monnaie.

En France, le montant initial du contrat s’élevait à 3 milliards d’euros. Là encore on peut craindre des surcoûts, et qui ne seront peut-être pas intégralement pris en compte par Areva ou EDF, et qui impliqueront le citoyen français d’une façon ou d’une autre.

La rentabilité du nucléaire risque ainsi d’être bien écornée.

Malgré ces changements de calendrier, la France est plutôt en pointe dans le domaine du nucléaire. On peut s’en féliciter…

Pourquoi ? La France n’a pas besoin d’EPR avant 2020 ou 2025, et encore moins si on développe les économies d’énergie.

L’EPR ne sait créer que de l’énergie de base. Pour différentes raisons techniques, une centrale est très peu modulable. Il faut ainsi la faire fonctionner au même rythme toute l’année. Or les besoins étant plus importants en hiver, la France est obligée de faire appel à de l’énergie importée, qui coûte 10% plus cher. De plus, cette énergie importée est fabriquée avec du charbon, donc nocive pour l’effet de serre.

Il faut donc arrêter de construire des centrales en France et se concentrer sur les économies d’énergie.

Des textes existent déjà ou on est en passe de légiférer dessus. Le texte du Grenelle de l’environnement est honorable sur certains points, notamment en ce qui concerne l’isolement des maisons. Reste à déterminer les procédures précises de mise en place des mesures du texte.

Par ailleurs, le paquet climat est en phase d’être adopté par l’Union européenne. La directive a été établie, il ne reste plus qu’à faire adopter les déclinaisons pays par pays.

Cette législation prévoit que chaque État devra réaliser 20% d’économies d’énergie, 20% d’énergie renouvelable et faire 20% d’économies de gaz à effet de serre à l’horizon 2020. Si ces principes sont réalisés, ils mettront un sérieux coup de frein à l’utilité du nucléaire.

Propos recueillis par Chloé Dussapt

(haut de page) (sommaire de la page)

À DÉCOUVRIR ÉGALEMENT SUR LE SITE DE GLOBAL CHANCE

Énergie, Environnement, Développement, Démocratie :
changer de paradigme pour résoudre la quadrature du cercle

Global Chance, mai 2011

(encadré = plus d’informations au survol)

Les Dossiers de Global-Chance.org

(sommaire « À découvrir également sur le site de Global Chance »)

(haut de page) (sommaire de la page)

Les Cahiers de Global Chance

(encadré = plus d’informations au survol)

Nucléaire : la grande illusion - Promesses, déboires et menaces
Les Cahiers de Global Chance, n°25, septembre 2008, 84 pages

Débattre publiquement du nucléaire ? Un premier bilan des deux débats EPR et déchets organisés par la Commission nationale du débat public
Les Cahiers de Global Chance, n°22, novembre 2006, 76 pages

Le réacteur nucléaire EPR : un projet inutile et dangereux
Les Cahiers de Global Chance, n°18, janvier 2004, 56 pages

Débat énergie : une autre politique est possible
Les Cahiers de Global Chance, n°17, septembre 2003, 100 pages

Faire l’économie du nucléaire ? Un rapport récent relance le débat
Les Cahiers de Global Chance, n°13, novembre 2000, 98 pages

Le nucléaire en débat : n’avons-nous pas le temps d’élaborer des solutions acceptables ?
Les Cahiers de Global Chance, n°11, avril 1999, 52 pages

Voir la liste complète des publications de Global Chance

(sommaire « À voir également sur le site de Global Chance »)

(haut de page) (sommaire de la page)

Publications de membres de l’association (sélection)

(encadré = plus d’informations au survol)

Entre silence et mensonge. Le nucléaire, de la raison d’état au recyclage « écologique »
Bernard Laponche, entretien avec Charlotte Nordmann, La Revue internationale des Livres & des idées, n°14, novembre-décembre 2009

La France du tout électrique est-elle viable ?
Benjamin Dessus (interview), Terra Eco, mardi 13 octobre 2009

Bulle nucléaire, le retour
Benjamin Dessus, Les Échos, vendredi 31 juillet 2009

Perrette et le pot au nucléaire
Benjamin Dessus, Mediapart, jeudi 2 juillet 2009

Quand la bulle nucléaire éclatera !
Benjamin Dessus, Les Échos, mercredi 24 décembre 2008

Le nucléaire, une solution marginale à la crise pétrolière
Benjamin Dessus, Les Échos, mardi 17 juin 2008

Le retour de l’illusion nucléaire
Benjamin Dessus et Bernard Laponche, Les Échos, lundi 19 mai 2008

Lanceurs d’alerte et systèmes d’expertise
Benjamin Dessus et Francis Chateauraynaud (radio), France Culture, émission Terre à Terre, samedi 12 avril 2008

Le contenu en carbone du kwh électrique français en question
Benjamin Dessus (interview), Journaldelenvironnement.net, jeudi 31 janvier 2008

Prospective et enjeux énergétiques mondiaux : un nouveau paradigme
Bernard Laponche, document de travail n°59 de l’Agence Française de Développement, janvier 2008, 49 p.

Nucléaire : reformuler les termes du débat
Benjamin Dessus, Politis, jeudi 8 novembre 2007

Remettre en cause notre sacro-sainte croissance
Benjamin Dessus, Politis, hors-série n°46 : « Vivre autrement. Un autre monde existe déjà ! », octobre-novembre 2007

La planète peut-elle se passer du nucléaire ?
Benjamin Dessus / Jean-Marc Jancovici (interview croisé), Terra Economica, 3 octobre 2007

Énergie : « la solution, c’est la sobriété »
Benjamin Dessus (interview), DeveloppementDurableLeJournal.com, lundi 17 septembre 2007

Libye : un troc honteux
Benjamin Dessus et Bernard Laponche, Libération, samedi 28 juillet 2007

« Le nucléaire ne nous sauvera pas du réchauffement »
Benjamin Dessus (interview), Libération, lundi 14 mai 2007

Énergie : les nouvelles technologies n’y suffiront pas, il faut changer de paradigme !
Benjamin Dessus, Liaison Énergie Francophonie, numéro 75, 2ème trimestre 2007

« La configuration de son parc électrique rend la France vulnérable »
Bernard Laponche, audition par la MIC du Sénat sur la sécurité d’approvisionnement électrique de la France et les moyens de la préserver, mercredi 28 mars 2007

Énergie : surtout que rien ne change !
Benjamin Dessus et Bernard Laponche, Les Échos, mercredi 21 février 2007

« Système électrique : nous ne pouvons pas être à la fois pompiers et pyromanes »
Pierre Radanne, audition par la MIC du Sénat sur la sécurité d’approvisionnement électrique de la France et les moyens de la préserver, jeudi 8 février 2007

La professionnalisation de l’expertise citoyenne
Yves Marignac, intervention dans le cadre du colloque « La politique et la gestion des risques : vues françaises et vues britanniques », IDDRI / Conseil franco-britannique, jeudi 8 février 2007

(sommaire « À voir également sur le site de Global Chance »)

(haut de page) (sommaire de la page)

LES ESSENTIELS
réalisé par PixelsMill >