UNE EXPERTISE INDÉPENDANTE
DANS LE DÉBAT SUR
LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

À LA UNE
GLOBAL-CHANCE

Centrales nucléaires : « Les risques s’accroissent avec l’âge »

Les centrales nucléaires françaises actuelles ont été conçues au début des années 70 sans que soit pris en compte le risque, jugé quasi-inexistant à l’époque, d’un accident grave. Aujourd’hui, l’Autorité de Sûreté Nucléaire elle-même considère qu’un accident grave est possible en France, avec un coût collectif “estimé” entre 500 et 5000 milliards d’euros... Or le vieillissement des centrales se traduit par une dangerosité accrue : le parc électronucléaire français est régulièrement affecté par des accidents plus ou moins graves. Combien en faudra-t-il, et de quelle ampleur, pour arriver à la conclusion qu’il vaut mieux arrêter les réacteurs ?


Page publiée en ligne le 16 juin 2013
Dernière mise à jour : 18 juin 2012 à 21h03

Sur cette page :
« Les risques s’accroissent avec l’âge » (Bernard Laponche, interview)
Les centrales nucléaires et leurs risques d’accidents (Vidéos)
À voir également sur le site de Global Chance (Dossiers & publications)

« LES RISQUES S’ACCROISSENT AVEC L’ÂGE »

Bernard Laponche (interview), Paris-Normandie.fr, dimanche 5 mai 2013

ROUEN (Seine-Maritime). Bernard Laponche, expert indépendant et co-fondateur de l’association Global Chance, est partisan d’une sortie du nucléaire. Il est intervenu le 10 avril à Saint-Martin-en-Campagne dans le cadre du débat sur la transition énergétique en Haute-Normandie.

N’est-ce pas logique de prévoir l’allongement de la durée de vie des centrales nucléaires pour assurer la transition énergétique ?

Ces centrales ont été conçues au début des années 70, pratiquement toutes sur le même modèle - des réacteurs à eau sous pression hérités des premiers réacteurs américains de ce type. Elles ont été prévues pour trente ans, sans que soit pris en compte dans leur conception l’accident grave. L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) le dit elle-même, et la même Autorité nous indique en parallèle qu’un accident grave est possible en France. Dès lors on peut penser que cette filière n’est pas sûre. Compte tenu du vieillissement, il faudrait impérativement ne pas dépasser les 40 ans. Déjà 30 ans, c’est la limite. Même avec un maximum de précautions, les risques s’accroissent avec l’âge.

EDF avance qu’aux États-Unis, des centrales similaires ont été prolongées jusqu’à 60 ans. Qu’en pensez-vous ?

L’âge d’une centrale n’est pas calculé de la même façon. En France on compte à partir de la première divergence (premières fissions et réaction en chaîne) ; aux États-Unis, à partir du début de la construction. Il peut donc y avoir un décalage d’environ dix ans. Cela dit, si certaines centrales ont eu cette autorisation, cela ne prouve pas que l’on doive l’accorder en France. L’ancien responsable de la sûreté nucléaire américaine vient de se prononcer pour un arrêt de toutes les centrales après 40 ans du fait la dangerosité accrue liée au vieillissement. C’est donc un problème qui est aussi en discussion aux États-Unis.

Peut-on faire confiance à l’ASN pour assurer un allongement sans risque ?

En France, il n’y a pas de durée d’exploitation légale. Les avis de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) et de l’ASN sont très importants. Pour le moment, l’ASN a autorisé la poursuite d’activité d’un certain nombre de réacteurs. Fessenheim 1 a été autorisé à fonctionner jusqu’à 40 ans, alors que Fessenheim 2 a été autorisé à continuer, mais sans préjuger de la durée. Mais l’ASN étant consultative, le gouvernement peut très bien décider, pour des raisons de sécurité des populations, qu’il ne faut pas aller au-delà de 40 ans, par exemple.

Quelles sont les principales difficultés liées au vieillissement des installations ?

Le premier élément, qui ne peut pas être changé, c’est la cuve, dont la rupture éventuelle n’est pas prévue. Ou plutôt on considère que cela n’arrivera pas. Or l’acier des cuves, bombardées par les neutrons, présente un risque de dégradation. L’enceinte de confinement en béton n’étant pas non plus remplaçable, il faut s’assurer que le taux de fuite de matières radioactives ne dépasse pas un certain seuil et que sa résistance ne sera pas diminuée. Par ailleurs il y a des km de tuyaux et de fils électriques qui ne sont pas remplacés. L’industrie nucléaire dit que chaque accident est l’occasion de procéder à des modifications de façon à améliorer la sûreté. Combien faudra-t-il d’accidents pour arriver à la conclusion qu’il vaut mieux arrêter les réacteurs ? Supposons que l’accident grave survienne : c’est un coût que l’IRSN estime entre 500 et 5000 milliards d’euros, c’est aussi une région entière éventuellement condamnée pour plusieurs siècles par la contamination. La question qui se pose, c’est : est-ce que le jeu en vaut la chandelle ?

Qu’attendez-vous du débat sur la transition énergétique ?

La transition énergétique, dans le respect des engagements de la France au niveau européen, cela signifie des économies d’énergie, une réduction de la consommation d’électricité, et le développement des énergies renouvelables. La deuxième question, c’est de mettre en évidence que même en dehors de l’accident grave, le fait d’avoir un parc électrique qui dépend à 75% du nucléaire est extrêmement risqué. En cas de panne générique, la production électrique serait gravement impactée et l’économie française à genoux. L’idée de réduire la contribution du nucléaire répond donc à une logique, dont même les pro-nucléaire peuvent convenir. On peut penser que la loi sur la transition énergétique qui découlera du débat intégrera une réduction de la part du nucléaire, puisque c’est l’engagement pris par le président de la République. Ce qui déjà nous amènerait sur la bonne voie.

Propos recueillis par S.G.

(haut de page)

VIDÉOS : LES CENTRALES NUCLÉAIRES ET LEURS RISQUES D’ACCIDENTS

Bernard Laponche, polytechnicien, docteur ès sciences en physique des réacteurs nucléaires

1ère partie : le fonctionnement d’une centrale

2nde partie : les risques d’accidents

Plus de vidéos ? Voir la page « Global Chance... en vidéo ! ».

(haut de page)

À VOIR ÉGALEMENT SUR LE SITE : DOSSIERS & PUBLICATIONS

Dossiers thématiques
Publications de Global Chance
Publications de membres de l’association

Dossiers thématiques

Fukushima : réactions en chaîne
Tribunes, analyses, interviews, etc. : les réactions des membres de Global Chance face à la catastrophe nucléaire de Fukushima.

Nucléaire : par ici la sortie !
Rapports, analyses, tribunes, interviews, etc. : les propositions de Global Chance et de ses membres pour, enfin, sortir du nucléaire.

Publications de Global Chance

(encadré = plus d’informations au survol)

Des questions qui fâchent : contribution au débat national sur la transition énergétique
Les Cahiers de Global Chance, n°33, mars 2013, 116 pages

L’énergie et les présidentielles : décrypter rapports et scénarios
Les Cahiers de Global Chance, n°31, mars 2012, 100 pages

Nucléaire : le déclin de l’empire français
Les Cahiers de Global Chance, n°29, avril 2011, 112 pages

Nucléaire : la grande illusion - Promesses, déboires et menaces
Les Cahiers de Global Chance, n°25, septembre 2008, 84 pages

(haut de page)

Publications de membres de Global Chance

(encadré = plus d’informations au survol)

Sécurité nucléaire : jusqu’à maintenant, le facteur chance a été favorable
Bernard Laponche, Le Cercle - Les Échos, lundi 26 novembre 2012

De la responsabilité politique de la sûreté nucléaire
Bernard Laponche, Le Cercle - Les Échos, mercredi 10 octobre 2012

Accident nucléaire : l’inacceptable pari
Bernard Laponche, in « Atomes crochus : argent, pouvoir et nucléaire », Réseau Sortir du Nucléaire, juillet 2012

Sûreté nucléaire en France post-Fukushima
Analyse critique des évaluations complémentaires de sûreté (ECS) menées sur les installations nucléaires françaises après Fukushima.
Arjun Makhijani et Yves Marignac, Rapport d’expertise, lundi 20 février 2012

Prolonger le parc nucléaire : des risques inacceptables
Benjamin Dessus et Bernard Laponche, Communiqué, dimanche 19 février 2012

La France à l’abri d’un accident japonais ?
Benjamin Dessus et Bernard Laponche, Médiapart, dimanche 13 mars 2011

Entre silence et mensonge. Le nucléaire, de la raison d’état au recyclage « écologique »
Bernard Laponche, entretien avec Charlotte Nordmann, La Revue internationale des Livres & des idées, n°14, novembre-décembre 2009.

Le vieillissement des installations nucléaires : un processus mal maîtrisé et insuffisamment encadré
Yves Marignac, Contrôle (revue bimestrielle d’information de l’Autorité de Sûreté Nucléaire), dossier n°184 : « La poursuite d’exploitation des centrales nucléaires », juillet 2009

(haut de page)

LES ESSENTIELS
réalisé par PixelsMill >