UNE EXPERTISE INDÉPENDANTE
DANS LE DÉBAT SUR
LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

À LA UNE
GLOBAL-CHANCE

Avant Copenhague : l’impasse ?

Pierre Radanne [1]

Terra Eco, mercredi 26 août 2009
Propos recueillis par Karine Le Loët

Pierre Radanne, l’un des acteurs des négociations, constate que les 5 voies d’accord possibles sont dans l’impasse et que le traité risque de ne jamais voir le jour. A un peu plus de trois mois du sommet sur le climat de Copenhague...

A près de trois mois du sommet de Copenhague où en sont les négociations ?

Pour l’instant nous sommes dans l’impasse. Au départ, il y avait cinq voies d’entrée possibles. La première voie consistait à suivre quelques grands engagements – pas d’augmentation de plus de 2°C, division par deux des émissions et réduction des émissions de 80 à 85% pour les pays industrialisés d’ici à 2050. Cette voie avait le soutien des scientifiques, des grandes ONG, de l’UE. Mais son échec était prévisible. On ne peut pas appeler à diviser les émissions de gaz à effet de serre sans garantir aux pays du Sud une aide au développement. A Rio [Sommet de la Terre qui s’est tenu en 92], on leur avait fait des promesses qui n’ont pas été tenues. Les transferts de technologie par exemple n’ont pas eu lieu. La deuxième option possible, c’était de demander aux pays d’appliquer enfin le le protocole de Kyoto – réduction de 5% des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2012 (par rapport à 1990). Impossible là encore, les États-Unis n’ont pas signé et ne signeront pas Kyoto tandis que les pays signataires ont beaucoup dévié de leurs objectifs. La troisième option ? L’argent. On peut résoudre certains aménagements avec du financement. Mais l’argent a disparu avec la crise financière. La quatrième voie consistait à organiser des accords bilatéraux entre les grands pays. C’est une option aujourd’hui explorée par les États-Unis. Mais certains rapprochements restent très difficiles. Restait alors le passage à l’action individuelle. Chaque pays, avec ses moyens, élabore des plans de réductions des émissions. Ça avance, mais le mouvement n’est pas assez fort pour tirer l’ensemble du monde vers un accord.

Peut-on imaginer que la situation se débloque d’ici Copenhague ?

Il y a eu des changements récents. Avec Obama, les États-Unis ont renoncé à deux arguments bloquants : l’un consistait à dire que le changement climatique n’existait pas, le second qu’agir pouvait menacer l’économie américaine. Reste un dernier verrou qui n’est toujours pas levé : les États-Unis – gendarmes du monde - refusent toujours de signer un accord de l’ONU avec un mécanisme de sanctions. Je ne crois pas qu’il y aura un accord à Copenhague. Pour des négociations de cette complexité, il faut un minimum de confiance. Or, celle-ci est au niveau zéro. Chacun met des phrases côte à côte dans un texte où tout devient contradictoire. Du coup, le texte de négociations fait 400 pages alors que le traité final doit en faire 30 ! Il y a déjà eu 40 jours de négociations. Et nous n’avons pas fait sauter un seul point de désaccord. Il reste trois semaines de négociation avant le sommet de Copenhague, deux semaines à Bangkok et une semaine à Barcelone. Mais nous ne réglerons pas ces problèmes en quelques semaines.

Quelle sera alors l’issue de Copenhague ?

Trois options semblent se profiler a priori. On peut arriver à un désaccord négatif. En clair, on annule la négociation et on reprend en juin 2010. La deuxième option : un désaccord constructif. Là, chaque pays s’engage à adopter un programme de passage à l’action volontaire pour débloquer le jeu et construire la confiance avec les autres partenaires. Reste la possibilité d’un accord vide. Ça aurait deux inconvénients majeurs : les émissions ne seront pas enrayées et les pays du Sud risquent d’être encore plus amers. Certes, on peut toujours se dire qu’un accord constructif est encore envisageable. Vu la gravité du sujet, il est toujours possible que la dernière nuit, les pays cassent leur tirelire et changent la face du monde. Mais plus on avance, plus cette probabilité diminue.

(retour au mini-dossier “Copenhague vu par Pierre Radanne”)

(haut de page)

Notes

[1Pierre Radanne, consultant en énergie et ex-président de l’Ademe, appuie actuellement les pays francophones (notamment africains) dans le cadre des négociations internationales sur le changement climatique.

LES ESSENTIELS
réalisé par PixelsMill >