UNE EXPERTISE INDÉPENDANTE
DANS LE DÉBAT SUR
LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

À LA UNE
GLOBAL-CHANCE

Astrid et le pot au lait

Après l’EPR, considéré comme dépassé et ruineux avant même d’avoir été mis en marche, la nouvelle coqueluche du lobby pro-nucléaire français est un projet de réacteur surgénérateur (au plutonium et au sodium fondu) dit de quatrième génération. Dénommé Astrid pour les besoins de la com’, ce projet est paré de toutes les vertus, dont, bien entendu, sa future « compétitivité » sur le marché de la production électrique à l’horizon 2050... L’argument, toutefois, frise l’escroquerie intellectuelle : cette soit-disant compétitivité est calculée par rapport à celle de l’EPR et non par rapport à l’ensemble des sources possibles d’électricité ; qui plus est, elle suppose, toutes choses égales par ailleurs, que le prix de l’uranium soit d’ici là multiplié par 13...


Page publiée en ligne le 14 mars 2015

Sur cette page :
Astrid et le pot au lait (Benjamin Dessus, tribune)
À voir également sur le site de Global Chance (dossiers et documents)

ASTRID ET LE POT AU LAIT

Benjamin Dessus, Le Club Mediapart, mercredi 25 février 2015

La reine Astrid doit se retourner dans sa tombe quand elle voit qu’on utilise son célèbre prénom couvrir une entreprise qui n’a rien à envier à l’affaire du pot au lait de Pérette.

Astrid, vous savez, c’est le fameux réacteur surgénérateur (au plutonium et au sodium fondu) dit de quatrième génération. C’est, semble-t-il, le projet de réacteur sur lequel compterait la ministre de l’environnement pour renouveler notre parc nucléaire, quand malgré tous les soins apportés, il finira par s’éteindre. Abandonnée l’idée de l’EPR déjà considéré comme dépassé et ruineux avant même d’avoir été mis en marche. Sautons cette étape ratée pour virer en 2050 en tête de course, avec ce surgénérateur paré de toutes les vertus. Il nous promet à la fois, tout au moins sur le papier, de nous prévenir définitivement de la pénurie d’uranium et des niveaux de sécurité et de sûreté irréprochables. Et à ceux qui, avec quelques très bonnes raisons, comme Bernard Laponche dans un article récent, affichent des doutes sur la réalité de ces vertus, on oppose l’argument massue, celui de la compétitivité dont on connaît le poids prépondérant pour nos élites.

Les réserves d’uranium 235 (le combustible actuel du nucléaire), qui ne sont évidemment pas inépuisables, vont forcément se raréfier au fur et à mesure qu’une plus grande quantité d’électricité aura été produite dans le monde. Le coût de l’uranium 235 ne peut donc que croître, nous dit-on. Dans ces conditions le coût de l’électricité des réacteurs de deuxième et troisième génération ne peut lui aussi que croître…

Bien que le CEA reconnaisse que le réacteur Astrid, plus compliqué que l’EPR à fabriquer, coûtera au minimum 30% de plus au kW que ce dernier, il arrivera bien un moment où le prix de l’uranium deviendra si élevé que son coût dans le kWh EPR deviendra supérieur à celui de l’amortissement de ces 30% supplémentaires d’investissement…

Raisonnement a priori imparable qui conduit le CEA à prévoir une rentabilité du kWh d’Astrid pour des coûts de l’uranium multipliés par 10 ou 15 par rapport à son prix actuel.

À deux nuances de taille près cependant :

Tout d’abord notre expérience récente des prévisions d’épuisement des ressources et des coûts du pétrole devrait nous conduire à une certaine prudence en ce qui concerne l’uranium, surtout quand on sait que la production nucléaire mondiale est en chute constante depuis le début des années 2000 (- 10%).

Mais surtout, et c’est là que l’on frise l’escroquerie intellectuelle, la compétitivité est calculée, non pas par rapport à l’ensemble des sources possibles d’électricité, mais par rapport à celle de l’EPR. Or comme chacun le sait aujourd’hui grâce au tarif contractuel qui régit la vente par EDF de réacteurs EPR au Royaume-Uni, ce coût est de l’ordre de 115€ /MWh, déjà 60% plus élevé que celui de l’électricité gaz, charbon ou éolien. Et dans ce coût du kWh EPR, l’amortissement représente 80% et l’uranium moins de 2%. Pour compenser le surcoût initial d’Astrid et rendre son MWh compétitif, il faudrait donc (toutes choses égales d’ailleurs) que le prix de l’uranium soit multiplié par 13 environ, portant le coût du MWh EPR de 115 € à 137€. C’est à peu près le double du coût des filières de production d’électricité actuelles…

Si jamais le CEA et l’industrie nucléaire nous pondent la couvée prévue, nous pouvons au moins être assurés d’une chose, c’est que ses poussins de luxe auront bien du mal à trouver preneur, même si d’aventure le développement de ce réacteur et de la civilisation du plutonium qui va avec se déroulaient sans aucune anicroche, ce qui est bien improbable…

Adieu alors veau vache cochon, couvée. En lot de consolation nous aurons toujours du plutonium à revendre pour fabriquer des bombes pour plusieurs dizaines d’années…

Benjamin Dessus
Ingénieur et économiste, Président de l’association Global Chance

(haut de page)

À VOIR ÉGALEMENT SUR LE SITE DE GLOBAL CHANCE

Dossiers thématiques
Publications de Global Chance
Publications de membres de Global Chance

Les Dossiers de Global-Chance.org

(par ordre chronologique d’apparition en ligne)
(encadré = plus d’informations au survol)

Climat : n’oublions pas le méthane !
Rapports, analyses, tribunes, interviews, etc. :
Les travaux de Global Chance et de ses membres sur le mésusage du concept de « PRG »

Fukushima : réactions en chaîne
Tribunes, analyses, interviews, etc. : les réactions des membres de Global Chance face à la catastrophe nucléaire de Fukushima

Nucléaire : par ici la sortie !
Rapports, analyses, tribunes, interviews, etc. : les propositions de Global Chance et de ses membres pour, enfin, sortir du nucléaire
Dossier clos le 31 décembre 2012

Accidents nucléaires : de l’improbable à l’imprévisible
Rapports, analyses, tribunes, interviews, etc. : les contributions de Global Chance et de ses membres au débat sur la sûreté nucléaire

Déchets nucléaires : qu’en faire ?
Rapports, analyses, tribunes, interviews, etc. : les analyses de Global Chance et de ses membres sur la question des déchets nucléaires

Gaz de schiste : miracle ou mirage ?
Rapports, analyses, tribunes, interviews, etc. :
Les contributions de Global Chance et de ses membres au débat sur les gaz de schiste

Nucléaire : une indépendance énergétique en trompe-l’œil
Rapports, analyses, tribunes, interviews, etc. : Global Chance et ses membres dénoncent le mythe d’une « énergie 100% nationale »

Nucléaire : quand la facture explose...
Rapports, analyses, tribunes, interviews, etc : le débat sur les coûts réels du nucléaire vu par Global Chance et ses membres

Bure : ceci n’est pas un débat public
Contributions, analyses, vidéos....
Global Chance et ses membres dans le « débat public » sur le projet Cigéo

(haut de page) (sommaire « À voir également sur le site de Global Chance »)

Publications de Global Chance

(encadré = plus d’informations au survol)

Autour de la transition énergétique : questions et débats d’actualité (suite)
Les Cahiers de Global Chance, n°36, novembre 2014, 68 pages

Autour de la transition énergétique : questions et débats d’actualité
Les Cahiers de Global Chance, n°35, juin 2014, 84 pages

Le casse-tête des matières et déchets nucléaires
Les Cahiers de Global Chance, n°34, novembre 2013, 76 pages

Des questions qui fâchent : contribution au débat national sur la transition énergétique
Les Cahiers de Global Chance, n°33, mars 2013, 116 pages

L’énergie et les présidentielles : décrypter rapports et scénarios
Les Cahiers de Global Chance, n°31, mars 2012, 100 pages

Nucléaire : le déclin de l’empire français
Les Cahiers de Global Chance, n°29, avril 2011, 112 pages

Nucléaire : la grande illusion - Promesses, déboires et menaces
Les Cahiers de Global Chance, n°25, septembre 2008, 84 pages

Les utopies technologiques : alibi politique, infantilisation du citoyen ou lendemains qui chantent ?
Les Cahiers de Global Chance, n°20, février 2005, 60 pages

Le réacteur nucléaire EPR : un projet inutile et dangereux
Les Cahiers de Global Chance, n°18, janvier 2004, 56 pages

Liste complète des publications de Global Chance

(haut de page) (sommaire « À voir également sur le site de Global Chance »)

Publications de membres de Global Chance

(encadré = plus d’informations au survol)

ASTRID : une filière nucléaire à haut risque et coût exorbitant
Bernard Laponche, note de travail, 11 février 2015, 16 pages

L’échéance des 40 ans pour le parc nucléaire français
Processus de décision, options de renforcement et coûts associés à une éventuelle prolongation d’exploitation au delà de 40 ans des réacteurs d’EDF
Yves Marignac, Wise Paris, samedi 22 février 2014, 171 pages

L’EPR : une rupture inexplicable du coût d’investissement par rapport aux paliers précédents
Benjamin Dessus, note de travail, lundi 13 mai 2013

Discours d’acceptation du « Nuclear-Free Future Award 2012 »
Yves Marignac, Heiden (Suisse), samedi 29 septembre 2012

Le nucléaire bon marché ?
Benjamin Dessus, in « Atomes crochus : argent, pouvoir et nucléaire », Réseau Sortir du Nucléaire, juillet 2012

Audition de Bernard Laponche par la Commission d’enquête du Sénat sur « Le coût réel de l’électricité »
Bernard Laponche, 25 avril 2012, documents supports, incluant une note de travail sur « La filière des réacteurs surgénérateurs plutonium-sodium (prototype Astrid) »

Choix énergétiques : un débat biaisé
Benjamin Dessus, Pour La Science, n°414, avril 2012, pp. 30-35

Sortir du nucléaire en 20 ans. À quelles conditions et à quels coûts ?
Benjamin Dessus, note de travail, version actualisée : mardi 31 janvier 2012, 15 pages

Manifeste négaWatt : réussir la transition énergétique
Thierry Salomon, Marc Jedliczka et Yves Marignac, Association négaWatt / Éditions Actes Sud, janvier 2012, 376 pages

Quelle place pour le nucléaire dans le mix énergétique mondial du 21ème siècle ?
Benjamin Dessus, intervention dans le cadre du colloque « Le risque nucléaire et la décision publique » à l’ENS de Paris, lundi 14 novembre 2011, 8 pages

En finir avec le nucléaire. Pourquoi et comment
Benjamin Dessus et Bernard Laponche, Édition du Seuil, Collection Sciences, Octobre 2011, 176 pages

Le nucléaire, une technologie du passé sans avenir
Bernard Laponche, La Tribune, mardi 26 avril 2011

Nucléaire : le moyen le plus dangereux pour faire bouillir de l’eau
Bernard Laponche, Libération, jeudi 24 mars 2011

Superphénix et la gestion du plutonium (pdf, 128 Ko)
Jean-Paul Schapira, Le Monde, 14 avril 1993, tribune reprise dans Global Chance et le nucléaire - Écologie, environnement et médias - Sciences, progrès et développement, Les Cahiers de Global Chance, n°2, juin 1993, 56 pages

(haut de page) (sommaire « À voir également sur le site de Global Chance »)

LES ESSENTIELS
réalisé par PixelsMill >