UNE EXPERTISE INDÉPENDANTE
DANS LE DÉBAT SUR
LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

À LA UNE
GLOBAL-CHANCE

Après Volkswagen, que peut-on faire ?

Les commentaires actuels concernant l’affaire Volkswagen se concentrent sur la nature et la distribution des responsabilités de la fraude à l’intérieur de l’entreprise et à ses conséquences économiques et financières. Du côté des partis politiques, les déclarations fusent pour ou contre le maintien du diesel en France, avec diverses propositions de taxes incitatives et de subventions nouvelles aux « voitures propres ». Mais la question de fond n’est pas abordée de front : est-il possible, oui ou non, dans des « conditions économiques raisonnables » de produire des véhicules sobres en émissions de gaz à effet de serre et qui ne mettent pas gravement en danger la santé des populations du fait de leurs émissions de particules fines et d’oxyde d’azote ? Et si ce n’est pas possible, quelles sont les alternatives envisageables pour réduire l’ensemble des émissions liées aux transports ?


Page publiée le 6 avril 2016

Sur cette page :
Après Volkswagen, que peut-on faire ? (Benjamin Dessus)
À découvrir également sur le site de Global Chance (Dossiers et publications)

APRÈS VOLKSWAGEN, QUE PEUT-ON FAIRE ?

Benjamin Dessus, AlterEcoPlus.fr, mercredi 14 octobre 2015

Les commentaires actuels concernant l’affaire Volkswagen se concentrent sur la nature et la distribution des responsabilités de la fraude à l’intérieur de l’entreprise et à ses conséquences économiques et financières. Du côté des partis politiques, les déclarations fusent pour ou contre le maintien du diesel en France, avec diverses propositions de taxes incitatives et de subventions nouvelles aux « voitures propres ».

Mais la question de fond n’est pas abordée de front : est-il possible, oui ou non, dans des « conditions économiques raisonnables » de produire des véhicules diesel (ou essence) sobres en émissions de gaz à effet de serre et qui ne mettent pas gravement en danger la santé des populations du fait de leurs émissions de particules fines et d’oxyde d’azote ?

Progrès considérable

L’Union européenne a défini une norme dite « Euro 6 », qui s’applique à l’ensemble des véhicules thermiques. Elle concerne à la fois les émissions de Nox et celles de particules de taille inférieure à 10 micromètres. Elle impose à partir de 2015 un nombre de particules/km inférieur à 6x10exp11 pour le diesel et de 6x10exp12 pour l’essence, et des émissions de Nox inférieures à 80 mg/km pour le diesel et à 60 mg/km pour l’essence.

Le respect de ces normes constituerait un progrès considérable pour la santé de nos concitoyens. Les véhicules diesel non équipés de filtre à particule et de dispositif anti-Nox émettent en effet de l’ordre de 100 fois plus de particules fines (5 à 7x10exp13/km) et 7 fois plus de Nox (>500 mg/km), les véhicules à essence classiques deux fois plus de Nox (150 mg/km) et de l’ordre de 10 fois plus de particules fines.

Trois questions se posent alors :
• Dispose-t-on des technologies nécessaires au respect de ces normes, non seulement dans les conditions très particulières des essais sur bancs actuels mais aussi en situation réelle de conduite ?
• Ces nouvelles normes sont-elles suffisantes ou faudra-t-il en adopter d’autres plus sévères à plus ou moins long terme ?
• Si oui à quels coûts ?

Pour répondre à la première question il faut engager rapidement une vaste campagne de tests incontestables, aussi bien sur banc que sur le terrain, de façon à disposer de chiffres crédibles sur les meilleures performances disponibles sur le marché. Les tests proposés actuellement dans l’urgence par le gouvernement sur un échantillon de 100 voitures, destinés principalement à détecter les fraudes éventuelles de nouveaux constructeurs, ne répondent évidemment pas à cette question.

Il faut aussi répondre à la seconde question en instruisant en particulier dès maintenant le problème du nombre de particules ultrafines (inférieures à 2,5 micromètres) qu’il faudrait impérativement respecter, en prenant la précaution de raisonner sur l’ensemble du cycle de vie des véhicules (1).

Si aucune solution technique n’est trouvée, c’est très probablement, au-delà du diesel, la prolongation de l’usage de l’ensemble des véhicules thermiques qui est en question.

Si ces deux points peuvent trouver des solutions techniques, quel coût cela représentera-t-il pour la collectivité et le consommateur ?

Un choix coûteux

Dans ce domaine, l’élément de jugement déterminant ne devrait pas être le surcoût éventuel du diesel ou d’un véhicule à essence respectant réellement les nouvelles normes par rapport aux véhicules actuels hors norme, mais le coût de ces véhicules comparé à celui des solutions réputées non ou moins polluantes (mais encore faudrait-il aussi le vérifier sur le terrain) comme le véhicule électrique ou le véhicule hybride.

Donnons en un exemple : le surcoût actuel à l’achat d’un véhicule électrique d’entrée de gamme par rapport à un véhicule thermique est de l’ordre de 15 000 euros (borne de recharge des batteries comprise). 11 500 euros sont pris en charge par la collectivité au titre du bonus écologique et des subventions à l’installation des bornes de recharge, sans compter le manque à gagner de l’ordre de 4 000 euros engendré par le différentiel de taxe entre l’électricité et les carburants (2).

L’alternative promue par la ministre de l’Écologie est donc extrêmement coûteuse pour l’État et risque de le rester longtemps, même si l’apprentissage industriel permet d’espérer une réduction importante du surcoût actuel.

Il faut donc s’appuyer sur d’autres stratégies pour diminuer les risques sanitaires et environnementaux au premier rang desquelles on devrait trouver :
• Chaque fois que c’est possible la substitution de la voiture individuelle par des transports en commun dont l’empreinte environnementale par passager/km est souvent d’un ordre de grandeur inférieur à celle du passager/km automobile.
• L’encouragement du covoiturage dans tous les cas où cela ne risque pas de se traduire par un report des transports guidés vers les véhicules particuliers.
• L’obligation pour les constructeurs de mettre enfin sur le marché des véhicules à très faible consommation (<2 litres/100 km) qui auront d’autant plus de facilité à respecter les normes de pollution particulaire et les objectifs de réduction d’émissions de gaz à effet de serre que leur puissance est plus faible.

Benjamin Dessus
Ingénieur et économiste, président de l’association Global Chance.

Notes

(1) En effet, les émissions de particules fines et de Nox liées à la fabrication des véhicules (et des batteries) sont loin d’être négligeables, comme le montre bien une étude de l’Ademe.

(2) Les taxes prélevées sur la consommation électrique des véhicules au cours des 150 000 km du fonctionnement espéré d’un véhicule électrique sont en effet inférieures à 1 000 euros alors que celles sur le carburant sont de l’ordre de 5 000 euros pour le diesel et de 7 000 euros pour l’essence…

(haut de page) (sommaire de la page)

À DÉCOUVRIR ÉGALEMENT SUR LE SITE DE GLOBAL CHANCE

Énergie, Environnement, Développement, Démocratie :
changer de paradigme pour résoudre la quadrature du cercle

Global Chance, mai 2011

(encadré = plus d’informations au survol)

Les Dossiers de Global-Chance.org

(sommaire « À découvrir également sur le site de Global Chance »)

(haut de page) (sommaire de la page)

Les Cahiers de Global Chance

(encadré = plus d’informations au survol)

Sans relâche : décrypter, expliquer, proposer...
Les Cahiers de Global Chance, n°38, janvier 2016, 84 pages

Imaginer l’inimaginable ou cultiver son jardin ?
Les Cahiers de Global Chance, n°37, juin 2015, 100 pages

Autour de la transition énergétique : questions et débats d’actualité (suite)
Les Cahiers de Global Chance, n°36, novembre 2014, 68 pages

Autour de la transition énergétique : questions et débats d’actualité
Les Cahiers de Global Chance, n°35, juin 2014, 84 pages

Le casse-tête des matières et déchets nucléaires
Les Cahiers de Global Chance, n°34, novembre 2013, 76 pages

Des questions qui fâchent : contribution au débat national sur la transition énergétique
Les Cahiers de Global Chance, n°33, mars 2013, 116 pages

(...)

Vers la sortie de route ? Les transports face aux défis de l’énergie et du climat
Les Cahiers de Global Chance, n°26, janvier 2009, 148 pages

Voir la liste complète des publications de Global Chance

(sommaire « À voir également sur le site de Global Chance »)

(haut de page) (sommaire de la page)

Publications de membres de l’association (sélection)

(encadré = plus d’informations au survol)

Sauver la planète sans changer nos pratiques sociales, économiques et politiques ?
Benjamin Dessus, ÉcoRev’, n°43, « L’écologie, le capitalisme et la COP : le bon, la brute et le truand », printemps-été 2016, pp. 104-115

« On sait que même en France un accident nucléaire majeur peut se produire »
Benjamin Dessus (interview), Charlie Hebdo, n°1233, mercredi 9 mars 2016
Propos recueillis par Fabrice Nicolino

Fukushima : ce que parler veut dire
Bernard Laponche, Le Journal de l’Énergie, lundi 7 mars 2016

La folle stratégie d’EDF pour faire échouer la transition énergétique
Benjamin Dessus, Reporterre.net, mardi 1er mars 2016

Irréaliste de respecter les 50% de nucléaire en 2025 ?
Benjamin Dessus et Bernard Laponche, Le Club Mediapart, lundi 25 janvier 2016

Protéger l’environnement n’est pas une contrainte, mais bien une opportunité
Jean Louis Basdevant, Denis Clerc, Benjamin Dessus, Bernard Laponche, Hervé Le Treut, Georges Mercadal, Michel Mousel et Jacques Testart, AlterEco+, vendredi 22 janvier 2016

L’option nucléaire contre le changement climatique : risques associés, limites et frein aux alternatives
Yves Marignac & Manon Besnard, WISE-Paris, mardi 27 octobre 2015, 24 pages
Rapport commandé par Les Amis de la Terre, la Fondation Heinrich Böll, France Nature Environnement, Greenpeace, le Réseau Action Climat - France, le Réseau Sortir du Nucléaire et Wise Amsterdam

L’affaire Volkswagen : un défi à la démocratie
Benjamin Dessus, AlterEcoPlus.fr, mardi 29 septembre 2015

EPR : les illusions perdues
Benjamin Dessus, Le Club Mediapart, mardi 8 septembre 2015

Nucléaire français : l’impasse industrielle
Le poids du pari industriel nucléaire de la France à l’heure de la transition énergétique
Yves Marignac & Manon Besnard, WISE-Paris, Rapport commandé par Greenpeace France, mardi 23 juin 2015, 72 pages

L’avenir bouché du nucléaire français
Benjamin Dessus, Alternatives économiques, n°347, juin 2015

Matières et déchets de la production d’électricité d’origine nucléaire
Benjamin Dessus, André Guillemette, Bernard Laponche et Jean-Claude Zerbib, Écologie & politique, 2014/2 (n°49), décembre 2014, p. 143-170

Véhicules électriques et environnement : une illusion coûteuse
Benjamin Dessus, Le Club Mediapart, lundi 24 novembre 2014

Déchiffrer l’énergie
Benjamin Dessus, Éd. Belin, octobre 2014, 384 pages

Électronucléaire : de la science au politique
Bernard Laponche, Esquisse(s), n°7, « Convictions », automne 2014, pp. 69-80

La transition énergétique : pourquoi, pour qui et comment ?
Benjamin Dessus, Les Possibles, n°3 - printemps 2014, dossier : « L’écologie, nouvel enjeu »

L’échéance des 40 ans pour le parc nucléaire français
Processus de décision, options de renforcement et coûts associés à une éventuelle prolongation d’exploitation au delà de 40 ans des réacteurs d’EDF
Yves Marignac, Wise Paris, 22 février 2014, 171 pages

Innovation scientifique : la parole aux citoyens !
Jean-Marie Brom, Benjamin Dessus, Bernard Laponche, Monique Sené & Raymond Sené, Libération, mardi 29 octobre 2013

CIGéo : « Le vrai débat a disparu »
Benjamin Dessus, intervention dans le cadre du « débat contradictoire interactif » organisé en ligne (!) par la CPDP CIGéo le jeudi 11 juillet 2013

Nuclear-Free Futur Award 2012 : Yves Marignac lauréat !
Yves Marignac, discours d’acceptation, Heiden (Suisse), samedi 29 septembre 2012

Choix énergétiques : un débat biaisé
Benjamin Dessus, Pour La Science, n°414, avril 2012, pp. 30-35

Sûreté nucléaire en France post-Fukushima
Analyse critique des évaluations complémentaires de sûreté (ECS) menées sur les installations nucléaires françaises après Fukushima.
Arjun Makhijani et Yves Marignac, Rapport d’expertise, lundi 20 février 2012

La France peut-elle sortir du nucléaire ?
Benjamin Dessus & Alain Grandjean (entretien), Alternatives Économiques Poche, n°54, « L’énergie autrement », février 2012

Manifeste négaWatt : réussir la transition énergétique
Thierry Salomon, Marc Jedliczka et Yves Marignac, Association négaWatt / Éditions Actes Sud, janvier 2012, 376 pages

La France à l’abri d’un accident japonais ?
Benjamin Dessus et Bernard Laponche, Médiapart, dimanche 13 mars 2011

CO2 : la responsabilité des classes aisées
Benjamin Dessus, Politis, numéro 1139, jeudi 10 février 2011

Salon de l’auto : des voitures vertes... pas si vertes
Benjamin Dessus, Le Cercle / Les Échos, vendredi 5 novembre 2010

Pour une remise à plat concertée et démocratique de nos modes de vie
Benjamin Dessus, intervention dans le cadre du bicentenaire du corps des Mines, jeudi 23 septembre 2010

Entre silence et mensonge. Le nucléaire, de la raison d’état au recyclage « écologique »
Bernard Laponche, entretien avec Charlotte Nordmann, La Revue internationale des Livres & des idées, n°14, novembre-décembre 2009

Les transports face aux défis de l’énergie et du climat
Benjamin Dessus, document de travail n°86 de l’Agence Française de Développement, septembre 2009, 110 pages

Remettre en cause notre sacro-sainte croissance
Benjamin Dessus, Politis, hors-série n°46 : « Vivre autrement. Un autre monde existe déjà ! », octobre-novembre 2007

(haut de page) (sommaire de la page)

LES ESSENTIELS
réalisé par PixelsMill >