UNE EXPERTISE INDÉPENDANTE
DANS LE DÉBAT SUR
LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

À LA UNE
GLOBAL-CHANCE

Allègre attaque en justice !


Donnez un coup de souris sur le mammouth et signez la pétition de soutien !

Sur cette page :
En quelques lignes...
Les auteurs de la tribune incriminée
Dernières nouvelles : Allègre jette l’éponge ! (20 septembre 2012)
Le clin d’œil du webmestre : La science perd le contrôle de sa créature...

À lire également sur le site de Global Chance :
Politique, médias et science : le cas Allègre (réunion publique, 15 juin 2010)
L’affaire dans les médias (revue de presse)
Claude Allègre : appel commun de journalistes et scientifiques (5 juillet 2010)

en quelques lignes...

Suite à la parution le 18 juin 2009 dans Politis d’une tribune intitulée « Claude Allègre : question d’éthique », l’hebdomadaire dirigé par Denis Sieffert et les auteurs de cette tribune (dont Benjamin Dessus, président de Global Chance) sont attaqués en diffamation par Claude Allègre et ont été mis en examen le 19 mai 2010 par une juge d’instruction du tribunal correctionnel de Paris.

Dans le contexte actuel de battage autour des théories climato-sceptiques de Claude Allègre, cette affaire revêt une importance particulière. Un certain nombre de médias s’en sont donc fait l’écho, dont, naturellement, Politis, qui lui a consacré un dossier dans son numéro 1103 (semaine du 20 mai 2010) et propose de soutenir les auteurs de la tribune en signant une pétition en ligne sur son site.

Convaincus de la nécessité d’une réponse vigoureuse aux offensives actuelles de Claude Allègre, nous attirons donc votre attention sur cette pétition en ligne et vous engageons vivement à la signer et à la faire circuler.

Global Chance

(haut de page)

les auteurs de la tribune incriminée

Geneviève Azam est économiste, maître de conférences en économie à l’université Toulouse-II. Elle est membre du conseil scientifique d’Attac et tient régulièrement chronique dans Politis. Elle a publié plusieurs ouvrages.

Jean-Yves Barrère était économiste. Militant des droits de l’homme et anticolonialiste, il avait participé à la fondation du Cedetim. Il a été emporté par la maladie le 23 juillet 2009. La tribune qu’il avait cosignée dans Politis un mois plus tôt a été l’un de ses derniers actes publics.

Denis Clerc est économiste, fondateur en 1980 du mensuel Alternatives économiques, remarquable instrument de pédagogie utilisé aujourd’hui dans les collèges, lycées et universités. Il est l’auteur de nombreux ouvrages d’économie.

Benjamin Dessus est ingénieur des télécommunications et Docteur en économie. Il a débuté sa carrière comme physicien aux Laboratoires de Marcoussis. Il a ensuite rejoint les Études et recherches d’EDF, où il a en particulier construit la centrale solaire Thémis. Il a été directeur de la recherche et de l’action technique de l’Agence française de la maîtrise de l’énergie, puis en charge du programme Ecodev, « Technologies pour le développement durable », au CNRS. Il préside actuellement l’association Global Chance. Il a été membre du premier comité scientifique du Fonds pour l’environnement mondial et, pendant huit ans, président du conseil scientifique du Fonds français pour l’environnement mondial. Il est auteur de plusieurs livres sur l’énergie.

Jean Labrousse était ingénieur général honoraire de la Météorologie, directeur général honoraire de la Météorologie nationale (aujourd’hui Météo France), successivement directeur du Centre européen de prévision météorologique à moyen terme, du département Recherche et Développement de l’Organisation météorologique mondiale, du département Terre Océan Espace Environnement du ministère de la Recherche et de l’Espace. Il est décédé accidentellement le 9 juillet 2011.

Gustave Massiah est ingénieur, spécialiste d’urbanisme. Figure de l’altermondialisme, il a été jusqu’à l’an dernier président du Centre de recherche d’information pour le développement (Crid). Il a été vice-président d’Attac, dont il est toujours membre du conseil scientifique.

Michel Mousel est économiste et spécialiste de l’environnement. Il fut chargé de mission interministérielle sur l’effet de serre, et président du Comité français pour le sommet mondial du développement durable (2002).

Jacques Testart est le pionnier de la procréation médicalement assistée (Amandine, premier bébé FIV en 1982). Il a rapidement eu une position critique sur les dérives de ces technologies. Cela l’a conduit, avec la Fondation sciences citoyennes, dont il est cofondateur, à s’interroger sur la fonction de la science dans la société. Ce combat passe par la défense des lanceurs d’alerte, l’éthique de l’expertise, les procédures de participation réelle aux choix technologiques et la reconnaissance des capacités de recherche de la société civile. Il est l’auteur de centaines d’articles scientifiques et d’une quinzaine d’ouvrages.

(Source : Politis, jeudi 20 mai 2010)

(haut de page)

dernières nouvelles

Allègre jette l’éponge
Denis Sieffert, Politis, n°1219, jeudi 20 septembre 2012

À une semaine de l’audience, l’ancien ministre a annoncé qu’il renonçait à attaquer notre journal.

ll aura donc fallu un an à Claude Allègre pour attaquer Politis en diffamation à propos d’une tribune publiée le 18 juin 2009, et plus de trois ans pour y renoncer. Il semblerait, dans l’esprit de notre adversaire, que le temps ait arrangé les choses. Il était temps, en effet… car ce n’est que le 11 septembre, soit neuf jours avant l’audience prévue devant la 17ème chambre du tribunal de grande instance, et après quelques atermoiements (il y avait déjà eu un vrai-faux désistement), que l’ex-ministre de Lionel Jospin, et ex-postulant au gouvernement Sarkozy, a décidé de jeter l’éponge.


La vérité est sans doute ailleurs. Politis, conseillé par Me Antoine Comte, avait construit un dossier on ne peut plus solide. Les artisans en étaient évidemment les signataires de la tribune incriminée (voir encadré), et en premier lieu Benjamin Dessus, l’animateur de l’association Global Chance.

Plusieurs témoins, anciens collègues de Claude Allègre, devaient venir évoquer à l’audience les méthodes souvent discutables du géophysicien qu’ils avaient constatées ou expérimentées. Gageons que la perspective de cette confrontation ne l’enthousiasmait guère… En outre, les auteurs de la tribune offraient une image de compétence et d’intégrité peu contestable. Aucun d’entre eux n’avait eu affaire professionnellement à Claude Allègre. Leur itinéraire universitaire ou scientifique n’avait jamais croisé le sien. Ils n’avaient donc pas de comptes à régler. Personne ne pouvait douter que leur démarche fût guidée par le seul souci de la citoyenneté. C’est d’ailleurs cette légitimité qui avait conduit Politis à publier leur texte sans l’ombre d’une hésitation.

De plus, depuis 2009, la réputation de Claude Allègre a eu à souffrir des controverses dans lesquelles il s’est trouvé impliqué, en particulier en raison d’une approche plus idéologique que scientifique du débat sur le réchauffement climatique. En témoigne le succès de la réunion publique que nous avions organisée en juin 2010 avec Mediapart et Terra Eco, et à laquelle avaient pris part de nombreux scientifiques de renom international.

Le contexte a aussi changé du point de vue politique. En 2009, Claude Allègre était pressenti pour entrer au gouvernement de Nicolas Sarkozy. Ses ambitions ministérielles sont bien loin aujourd’hui. L’homme apparaît politiquement affaibli. Malgré une grande plasticité idéologique, on le voit mal revenir en cour auprès du nouveau pouvoir socialiste.


Résumons-nous : Claude Allègre avait tout à craindre d’une confrontation avec certains de ses pairs, et le rapport de force politique n’est plus en sa faveur. C’est assez pour l’avoir conduit au renoncement. Si ce désistement est évidemment un aveu de faiblesse, le lobbyiste n’en poursuit pas moins un combat d’arrière-garde entamé en 1992 avec l’appel d’Heidelberg (1). Il continue ainsi de nier obstinément les causes industrielles du réchauffement climatique.

Au terme (je crois qu’on peut le dire cette fois !) de cette affaire, Politis tient à remercier tous ceux qui nous ont soutenus et ont contribué à faire lâcher prise à notre adversaire. Les quelque dix mille signataires de la pétition lancée en 2010, nos amis de Mediapart et de Terra Eco qui nous ont prêté main-forte, et ceux qui nous avaient fait parvenir courageusement leurs témoignages pour le procès. Et, bien sûr, les auteurs de la tribune incriminée. Trois ans plus tard, ils n’ont pas une virgule à retrancher à leur texte.


(1) L’appel d’Heidelberg regroupait, au moment du Sommet de la Terre, à Rio, en 1992, des scientifiques qui dénonçaient « la naissance d’une idéologie irrationnelle qui s’oppose au progrès scientifique et industriel et nuit au développement scientifique et social ». Cet appel a marqué le point de départ d’un intense lobbying industriel paré des oripeaux du scientisme.
[sur l’appel d’Heidelberg, voir Les Cahiers de Global Chance, n°1, décembre 1992 - note de la rédaction de global-chance.org]

Des signataires de renom (encadré) (retour article)
La tribune parue le 18 juin 2009 dans Politis portait la signature de huit scientifiques et économistes de renom : Geneviève Azam, universitaire, économiste, membre du conseil scientifique d’Attac ; Denis Clerc, économiste, fondateur d’Alternatives économiques ; Benjamin Dessus, économiste, président de l’association Global Chance ; Gustave Massiah, économiste, membre du conseil scientifique d’Attac ; Michel Mousel, économiste ; Jacques Testart, biologiste, président de la Fondation Sciences citoyennes. Deux des signataires du texte nous ont quittés : Jean-Yves Barrère, économiste, disparu le 23 juillet 2009, et Jean Labrousse, ancien directeur de la Météorologie nationale, décédé le 9 juillet 2011.

(haut de page)

le clin d’œil du webmestre

(haut de page)

LES ESSENTIELS
réalisé par PixelsMill >